Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

UNE FAMILLE ENCOMBRANTE AU COEUR DE LA REPUBLIQUE.

Posté par: Massamba ndiaye | Jeudi 21 septembre, 2017 15:09  | Consulté 247 fois  |  0 Réactions  |   

Une famille encombrante au cœur de la République.

 

L’ancien journaliste Yakham Mbaye, reconverti en politicien sur le tard, ne s’était pas trompé dans son diagnostic sans complaisance sur la nature de la fratrie qui gouverne le Sénégal.

L’ancien journaliste du quotidien Libération avait vu juste sur l’essor de la dynastie Faye- Sall et de ses tentacules dans les segments les plus importants de la vie économique du pays.

Le président de la République qui nous avait sermonné sur le danger de promouvoir sa famille dans les affaires de l’Etat. Nos compatriotes médusés se demandaient si le président Macky Sall allait tenir bon de ne pas céder à la tentation de nommer son  frère Aliou Sall à la tête d’une structure étatique. Beaucoup y croyaient fermement et estimaient que les déboires judiciaires de monsieur Karim Meissa Wade constituaient un  cas d’école pour tout nouveau président de la République de refuser d’impliquer voire de faire participer sa famille dans la gestion des affaires publiques.

Le président de la République, monsieur Macky Sall n’a pas tenu compte du fait que l’histoire avait tendance à bégayer. Pourtant, son engagement ferme de ne jamais signer un décret de nomination au profit de son frère monsieur Aliou Sall laissait présager un espoir de rompre définitivement avec les pratiques de son ancien mentor l’ancien président de la République maître Abdoulaye Wade.  Que nenni, le  président Macky Sall cachait bien son jeu et attendait le moment opportun où les citoyens sénégalais seront préoccupés par d’autres enjeux sociaux pour commettre son forfait.

Cette trahison est plus perfide que tous  les autres reniements qui ont jalonné sa gouvernance « sobre et vertueuse ». Le président de la République avait le devoir moral de nous épargner de cette forfaiture qui le discrédite davantage auprès de ses compatriotes.

L’immixtion de monsieur Aliou Sall dans les affaires de la République est préoccupante et compromettante. Cet ancien journaliste tire les ficelles de partout et est impliqué dans plusieurs secteurs d’activités professionnelles  par le seul fait que son grand frère est président de la République.  Pourtant, c’est le même Macky Sall qui jouait au vertueux en refusant d’être taxé de faire le lit du népotisme durant son mandat.

La présence imméritée de monsieur Aliou Sall au cœur de la gestion de dossiers liés au secteur du pétrole suscite de partout de l’indignation,  de la tristesse de voir que le président de la République Macky Sall est en train  de rendre un très mauvais service à son frère.

Monsieur Aliou Sall n’est pas plus méritant que les autres sénégalais et son  profit n’est pas plus intéressant  voire plus valorisant qu’un autre citoyen sénégalais pour diriger aujourd’hui par le fait du prince la Caisse des Dépôts et Consignations ? Certains militants de l’APR purement opportunistes tentent de noyer le poisson en insistant sur le fait que monsieur Aliou Sall a  les compétences requises pour diriger cette structure étatique, mutée entre temps en société privée afin de soustraire son  directeur général du contrôle du ministère de l’économie et des finances.

Messieurs les défenseurs de monsieur  Aliou Sall, dites nous en toute sincérité si ce n'est pas trop vous donner est ce que  le frère du président est le seul compétent au Sénégal pour conduire aux destinées de cette structure ?

Le président de la République monsieur Macky Sall feint d’ignorer  que le fait de nommer à des postes de responsabilité obéit intrinsèquement à des critères de compétence,  d’éthique républicaine et de probité morale. C’est vraiment indécent pour monsieur Aliou Sall de bénéficier d’un traitement de faveur alors qu’il n’est pas plus méritant que les autres citoyens sénégalais. Ce n’est pas parce que le président de la République a le pouvoir de nommer à tous les emplois civils et militaires,  qu’il peut se permettre de procéder de la sorte en privilégiant des intérêts claniques voire familiaux.

Il est urgent de d’encadrer cette prérogative du président de la République en limitant ses pouvoirs monarchiques. Ainsi, dans le cadre de recrutement de dirigeants de grandes sociétés publiques ou de directions administratives, un appel à candidatures doit être de mise et géré en toute responsabilité par un cabinet indépendant  d’experts.

Toutefois,  même si monsieur Aliou Sall par ailleurs  remplissait les conditions requises pour occuper cette fonction, à compétences égales avec un  autre citoyen sénégalais et eu égard à son  statut de frère du président de la République,  l’éthique républicaine recommande  impérativement de privilégier l’autre citoyen qui ne bénéficie pas de l’appui des autorités publiques. C’est une règle élémentaire en matière de gouvernance vertueuse.

Que le frère du président de la République monsieur Aliou Sall démissionne de l’AMS  et de ses autres mandats, ne change en rien de sa nomination suspecte contraire à l’éthique républicaine. En vérité, monsieur Aliou Sall avec la complicité du chef de l’Etat monsieur Macky Sall veut noyer le poisson et veut nous faire croire qu’il est un républicain respectueux de la légalité et par voie de conséquence écarte voire rejette toute forme de conflit d’intérêt dans l’exercice de ses nouvelles attributions.

Monsieur Aliou Sall est en train de profiter de la position privilégiée de son frère président de la République pour avoir une mainmise  voire une influence dans les affaires publiques. Ce monsieur imbu de sa personne n’est pas à sa place. Il gêne et constitue un problème majeur pour le respect de certaines convenances éthiques républicaines.

S’il n’avait pas des liens de parenté avec le chef de l’Etat, monsieur Aliou Sall  n’aurait même pas le courage de s’afficher publiquement comme il le fait aujourd’hui pour tenter de s’immiscer de manière outrancière dans les secteurs clés de la vie de la nation. Cette boulimie de pouvoir qu’il incarne, est au-delà du supportable. Monsieur Aliou Sall doit se faire tout petit et se construire sans l’aide de son frère président de la République, qui au demeurant ne se préoccupe nullement de considérations éthiques et citoyennes dans la gestion des affaires publiques. Le président de la République, monsieur Macky Sall  pense à tort que les sénégalais vont très  vite oublier cette énième forfaiture.

La République ne s’accommode pas avec ces pratiques de défiance voire de provocation dans le dessein de tester les limites du supportable et/ou de l’acceptable auprès de la compagnie meurtrie par ses multiples reniements.

Est-ce qu’il vous  arrive  son Excellence, notre président par défaut,  monsieur Macky Sall de vous remémorer de vos nombreux engagements pris devant la nation sénégalaise et de vous demander stoïquement comment  vous avez pu  renoncer à votre  parole avec tant de légèreté ?

Il n’y a pas que la famille Faye – Sall pour gérer les nombreuses potentialités du pays. Vous devez faire place aux autres citoyens sénégalais qui sont plus compétents et plus intègres que votre frère Aliou Sall, qui manifestement est trop amplement bien habillé.

Monsieur le président de la République Macky Sall,  la seule voie de l’émergence à suivre est celle de la vertu et le respect intrinsèque des valeurs de la nation sénégalaise.


 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 





 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 129403 fois 116 Articles 1288 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
LE NDIGUEL POLITIQUE : UNE QUESTION D\'ETHIQUE ?
A PROPOS D\'UNE LECTURE BIAISÉE DU MARABOUT SERIGNE BASS ABDOU KHADRE SUR LA SITUATION DU PAYS.
A PROPOS DES FACTURES D\'ELECTRICITE IMPAYEES DE LA COMMUNE DE TOUBA.
LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DE LA COMMISSION AD HOC DE L\'ASSEMBLEE NATIONALE.
QUESTIONS DE MORALE POLITIQUE.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.