Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

QUESTIONS PRATIQUES SUR LE VOTE AU SENEGAL. 6 C'EST QUOI UN DEPUTE DU PEUPLE ?

Posté par: Massamba ndiaye | Dimanche 30 juillet, 2017 10:07  | Consulté 347 fois  |  0 Réactions  |   

Questions pratiques sur le vote au Sénégal. 6

C’est quoi un député du peuple ?

 

Pendant la campagne électorale des législatives, des millions de citoyens sénégalais se sont mobilisés en vue de choisir parmi les 47 coalitions politiques celles qui sont en mesure de représenter fidèlement le peuple à l’Assemblée nationale. C’est un choix majeur et déterminant dans la vie de la nation.  Les candidats à la députation ont parcouru le pays dans le dessein d’offrir aux populations un programme de législature en rupture avec les pratiques d’une certaine classe de politiciens plus encline à défendre n’importe quelle politique du pouvoir exécutif au détriment de la sauvegarde exclusive de l’intérêt général.

Le député a un rôle important à jouer dans une démocratie. Au-delà de la défense des citoyens qui l’ont conduit au parlement, il a le devoir de veiller au respect des lois et règlements de la République.

Être député est le fait de connaître tout ce qui a trait à la vie de la nation. Le député du peuple doit être compétent, mais également il doit être en mesure de s’approprier objectivement de toutes les questions qui intéressent les populations sénégalaises. C’est la raison pour laquelle il est indispensable de revoir le mode de désignation  des députés. N’importe qui ne peut pas se retrouver du jour au lendemain député du peuple. Pour avoir une assemblée de qualité,  l’électeur sénégalais doit absolument choisir parmi les meilleurs d’entre nous tant du point de vue des compétences intellectuelles, managériales, techniques voire pédagogiques mais également  par-dessus tout du point de vue des  valeurs éthiques et républicaines.

Pour ce faire, au-delà des partis politiques, ce sont les citoyens sénégalais qui doivent désigner eux-mêmes les candidats à la députation en organisant une compétition ouverte sous le contrôle de personnalités indépendantes et intègres à l’abri de tout soupçon.

Ainsi, il est impératif d’exclure de la liste des députés tout citoyen qui est mis en examen pour malversations financières ou  épinglé par les corps de contrôle de l’Etat pour mauvaise gestion voire pour détournement de deniers publics. En effet, beaucoup de délinquants à col blanc participent aux consultations électorales en vue d’échapper à la justice sénégalaise en bénéficiant d’une immunité parlementaire. Nous sommes tous d’avis que le député incriminé et appartenant à la mouvance présidentielle ne sera jamais inquiété par la justice du fait que  les membres de son groupe parlementaire vont faire prévaloir  des comportements corporatistes voire poujadistes au détriment de l’intérêt général

Le député du peuple ne doit pas être sous la tutelle de son parti ou coalition voire de l’autorité qui l’a investi sur les listes électorales. Une fois élu, le député du peuple doit cesser de défendre uniquement les intérêts  de son groupe parlementaire. Il doit être au service exclusif du peuple.

Nous perdons souvent de vue qu’une fois le député est élu par le peuple,  il a le devoir de s’affranchir de la tutelle de son parti. Mais au plus. il doit faire preuve d’ingratitude à leur égard en ayant pour seule mission la défense des préoccupations majeures du peuple.

Par ailleurs, les citoyens sénégalais doivent être vigilants afin de ne pas nommer député du peuple un homme d’affaires influent pour éviter des cas de conflit d’intérêt ou de délits d’initié. Un député ne doit pas subir l’influence de groupuscules tapis à l’ombre au cœur de la République. Il ne doit pas être parrainé par des patrons dans sa campagne afin qu’il défende leurs intérêts au niveau du pouvoir.

Pour disposer d’une Assemblée nationale de qualité, il est nécessaire de laisser en rade nos politiciens professionnels qui ne comptent que sur leur allégeance au pouvoir en place ou aux dirigeants de partis de l’opposition significative pour vivre sur le dos du contribuable sénégalais.

Ainsi, les partis politiques doivent s’activer à trouver des hommes et des femmes issus de milieux professionnels divers pour se substituer à nos politiciens. Par un effet de domino, ils vont finir par remplacer cette classe parasite de politiciens professionnels et ainsi donner l’occasion aux dignes fils de la nation de veiller à la défense de l’intérêt général.

Ces futurs députés vont s’occuper durant toute la législature des préoccupations des populations moyennant une pause dans leur carrière professionnelle.  Ainsi, à la fin de la législature, s’ils ne sont pas réélus par les citoyens sénégalais,  ils peuvent retrouver leur travail sans aucune difficulté.

Être député du peuple est le fait de mettre en avant les intérêts intrinsèques du peuple. Être député du peuple est de veiller à ce que les politiques publiques adoptées par l’Assemblée nationale soient conduites avec efficience par les autorités gouvernementales dans le respect des lois et règlements de la République.

Être député du peuple revient également à alerter les autorités publiques afin qu’ils corrigent les déséquilibres récurrents dans le partage de nos ressources publiques.

Être député du peuple est le fait de rejeter les politiques sectorielles ou les projets du gouvernement qui remettent en cause notre souveraineté économique  ou qui spolient les droits des citoyens sénégalais.

Être député du peuple est le fait de dénoncer et d’abroger des lois scélérates telles que l’article 80 du Code Pénal pour outrage au chef de l’Etat et qui manifestement constituent une menace sur les libertés publiques.

Être député du peuple ne rime pas avec la défense des intérêts d’un groupe ou d’une communauté. Une fois installé à l’Assemblée nationale, le député cesse d’être le représentant d’une région et devient la voix du peuple. Ainsi, son action parlementaire aura une portée nationale qui dépasse les clivages.

C’est pour cette raison  que les représentants du peuple doivent avoir pour seule mission la défense de la République et de ses valeurs loin de toutes autres considérations. Ainsi, il peut en toute objectivité faire des amendements à des textes législatifs soumis à l’Assemblée nationale par le gouvernement. Mais également, il doit exercer sans faiblesse ni pression toutes ses prérogatives constitutionnelles en questionnant le pouvoir sur la gestion de nos deniers publics ou sur l’opportunité d’une politique publique voire de son impact réel sur le vécu des populations.

Par ailleurs, le député du peuple doit évaluer les politiques publiques mises en œuvre par le pouvoir exécutif. Ce contrôle permet en dernière analyse de vérifier avec exactitude si le gouvernement a respecté la nomenclature budgétaire et n'a pas orienté  les fonds publics votés par les députés vers d’autres secteurs non répertoriés dans la loi de finances.

Le député du peuple doit être amené par un travail de vulgarisation voire d’appropriation de l’éthique républicaine et citoyenne de mettre au cœur de son action  parlementaire le socle des valeurs partagées par l’ensemble du corps social sénégalais.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 115717 fois 105 Articles 1277 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
UNE FAMILLE ENCOMBRANTE AU COEUR DE LA REPUBLIQUE.
LA PAROLE FETIDE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, MONSIEUR MACKY SALL.
A PROPOS DE MONSIEUR ASSANE DIOUF ET DE NOUS AUTRES.
A PROPOS DES ACTIVISTES DU MOUVEMENT Y\'EN A MARRE.
OUI, MAITRE EL HADJI OMAR YOUM, VOUS AVEZ RAISON D\'AVOIR PEUR POUR LE PAYS DE LA TERANGA.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.