Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

QUESTIONS PRATIQUES POUR LE VOTE AU SÉNÉGAL. 5 POUR QUI VOTER ?

Posté par: Massamba ndiaye | Lundi 24 juillet, 2017 15:07  | Consulté 756 fois  |  0 Réactions  |   

Questions pratiques sur le vote au Sénégal. 5

Pour qui voter ?

 

Voter au pays de la Teranga n’est jamais un  acte citoyen simple. En effet, beaucoup de pesanteurs sociales pèsent sur le choix du lecteur et qui peuvent orienter voire influencer le sens de son vote.

En vérité, le fait de participer aux consultations électorales implique une responsabilité énorme sur le choix des personnes appelées à gérer les affaires de la Cité. Le vote ne peut nullement constituer un acte léger.  Il affecte l’ensemble du corps social et de la destinée de notre nation.

A l’approche de chaque consultation électorale, de lourdes pressions s’exercent sur les citoyens sénégalais. Ces personnalités maraboutiques voire coutumières profitent de manière insidieuse de leur  influence sur certains membres de la société pour influencer le vote des sénégalais en faveur du candidat le mieux en même de leur octroyer des privilèges et/ou des avantages  indus.

Ce qui est le plus frappant dans ces élections législatives, c’est l’existence d’une fracture au sein même de certaines familles maraboutiques et coutumières du pays. On peut illustrer notre propos par deux exemples non les moindres pour montrer au peuple les dangers qui pèsent même sur la paix sociale et la fraternité confrérique ou coutumière .

D’une part, à Touba dans le fief du mouridisme, la campagne électorale est sur le point  de diviser et de semer le trouble dans l’esprit de beaucoup de disciples de Cheikhoul Khadim. En effet, beaucoup de guides religieux fustigent avec raison et en toute objectivité l’investiture du marabout Serigne Abdou Lahat Gaindé Fatma dans la liste de Benno Bokk Yakaar du  simple fait de sa position stratégique dans le comité d’organisation du grand Magal de Touba. La défiance voire la méfiance de certains marabouts à son égard ne doivent pas être analysées seulement sous l’angle politicien opportuniste, mais plutôt sur des considérations éthiques.

D’autres part, l’investiture du chef coutumier Lebou  monsieur Abdoulaye Makhtar Diop dans la liste de Benno Bokk Yakaar est une manière sournoise du président Macky Sall de prendre partie en sa faveur dans la lutte de leadership au sein même de la communauté Lebou . Nous ne devons pas perdre de vue que monsieur Abdoulaye Makhtar Diop était  député lors de la 12 législature sous la bannière du Parti de la vérité pour le développement (PVD) de Serigne Modou Kara Mbacké.

Par ailleurs, il faut relever le fait que la transhumance politique n’épargne même pas nos responsables coutumiers malgré le poids des traditions qu’ils ont le privilège de transmettre aux jeunes générations. Mais de quelles traditions ? Fidélité, confiance, respect des valeurs ou opportunisme, déloyauté  et recherche effrénée de privilèges.

Cette  campagne législative est sur le point de prouver aux citoyens sénégalais  que la plupart des marabouts qui s’activent dans le jeu politique en faveur de la mouvance présidentielle prennent un risque majeur de désaveu total de la population à leur encontre. Il ne s’agit nullement de leur refuser le droit de participer à la vie politique nationale. Ces marabouts voire ces chefs religieux sont des citoyens sénégalais comme nous tous.

Toutefois, nous dénonçons de manière responsable et sans aucune ambiguïté leur propension à prêter le flanc aussi bien à la mouvance présidentielle qu’à une certaine frange significative de l’opposition ouvert au détriment de l’intérêt général. Ils ne dévoilent jamais leurs intentions politiques aux citoyens sénégalais et ils attendent toujours le moment fatidique pour s’avancer dans l’arène politique en faveur de la coalition la plus attractive en termes d’offres pécuniaires ou d’avantages de toute sorte.

Les citoyens sénégalais ont le devoir de refuser de suivre ou de prêter main forte à ces diverses personnalités. En vérité, malgré leurs serments, ils sont en train de saborder notre idéal de nation respectueuse de nos valeurs et/ou de nos vertus républicaines.

Ainsi, le citoyen sénégalais ne doit pas motiver son vote par des considérations confrériques,  coutumières ou ethniques.

Le citoyen doit faire abstraction au moment du vote de toutes ces dimensions sociales en ayant à l’esprit le candidat ou la coalition politique qui propose un programme et des orientations crédibles pour le bien être de l’ensemble du corps social sénégalais et non pour un groupe ethnique ou pour une communauté religieuse. La fibre ethnique est mise en exergue par certains politiciens de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar à l’instar du député Farba Ngom pour arracher le vote halpulaar. Dans la région de Matam,  les populations locales votent uniquement l’APR parce que le président Macky  est considéré par ces dernières comme le porte étendard du groupe ethnique HAlpulaar. Elles ne prennent pas en compte des considérations d’ordre éthique en l’occurence le reniement  de ses multiples engagements envers le peuple. Elles préfèrent se taire sur ses mensonges, sa volonté machiavélique d’asseoir son pouvoir sur l’utilisation du groupe linguistique Halpulaar contre les autres communautés alors que le Sénégal est un et indivisible. Les citoyens sénégalais ont le devoir de faire front contre cette menace sournoise que le président Macky Sall tente d’utiliser dans le dessein de rester longtemps au pouvoir.

Le citoyen sénégalais doit aussi veiller à ce que le candidat ou la coalition politique qu’il compte donner son vote, soit engagé pleinement à la défense des valeurs de la République à savoir la séparation effective des pouvoirs, le respect des libertés publiques, l’indépendance du pouvoir judiciaire et l’autonomie réelle du pouvoir législatif vis-à-vis de l’exécutif .

En République, le citoyen sénégalais ne porte pas son choix sur un candidat ou une coalition politique parce qu’il a des liens de parenté avec le leader ou des liens ethniques voire confrériques.

Voter en République est un acte citoyen qui dépasse ces différents clivages.

 

massambandiaye2012@gmail.com


 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 106318 fois 101 Articles 1275 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.