Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

POSTURE REPUBLICAINE DU PRESIDENT MACKY SALL !

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 15 juin, 2018 15:06  | Consulté 520 fois  |  0 Réactions  |   

Posture républicaine du président Macky Sall !

La démission du ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang, suite au scandale de l’affaire Prodac, nous plonge de manière irréfutable au cœur même de la gouvernance sombre et nauséabonde de notre président par défaut et apprenti-dictateur, monsieur Macky Sall. Le ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang a motivé sa démission du gouvernement pour convenances personnelles en vue de défendre son honneur, fortement entaché après la publicationdans la presse de certains éléments  du rapport de l’Inspection Générale des Finances ( IGF ) sur ses liens avec d’autres responsables soupçonnés de détournement de deniers publics ou de malversations financières.

Jusque là, tout semble normal dans le déroulement de l’affaire : un responsable politique de surcroît ministre de la République impliqué directement ou indirectement dans un scandale de malversations financières fait preuve de responsabilité en démissionnant du gouvernement afin de permettre à la justice de faire son travail librement et s’en devoir subir des pressions du pouvoir exécutif.

Contrairement aux affirmations péremptoires  de certains responsables politiques de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar  qui défendent mordicus à la face du monde des convictions républicaines de notre apprenti-dictateur, monsieur Macky Sall, nous assistons encore une fois à la banalisation des actes délictuels de détournement de deniers publics impliquant les membres de l’APR suite au refus de la démission du ministre du Tourisme du gouvernement par le président de la République.

Que personne ne vienne nous dire que le président de la République,  monsieur Macky Sall est un homme honnête qui respecte le principe de la séparation des pouvoirs ! Le président Macky Sall sait en profondeur tous les détails de l’affaire Prodac. Il a décidé de manière lâche et irresponsable de protéger son ministre voire son garçon de poursuites judiciaires. Est-ce une autre forme d’entente tacite entre le président de la République, monsieur Macky Sall et son ministre du Tourisme démissionnaire,  monsieur Mame Mbaye Niang, du genre : « Tu feins de démissionner en le proclamant partout et au bout de deux jours,  je te retiens dans le gouvernement » ?

Tant que le ministre Mame Mbaye Niang continue de bénéficier du soutien du président Macky Sall et de la première Dame Marième Faye-Sall, il ne risque rien et aucune autorité judiciaire ne va s’aventurer à instruire le dossier de l’affaire Prodac. Pourtant, il y a matière à ouvrir une information judiciaire en vue de clarifier la situation.

Le procureur de la République,  monsieur Serigne Bassirou Guèye qui est si prompt à traquer des responsables politiques de l’opposition et à menacer nos libertés publiques pour un rien et qui veut restreindre drastiquement la liberté d’expression des  citoyens sénégalais dans l’espace public, a une occasion en or de prouver son impartialité dans le traitement des dossiers judiciaires. Toute autre attitude du procureur de la République Serigne Bassirou Guèye visant à faire du surplace en rangeant dans les tiroirs le travail de l’IGF et in fine de ne pas prendre ses responsabilités d’avant l’histoire en vue de défendre les intérêts de la société, sera considérée comme une trahison à  nos valeurs de justice, d’équité des citoyens devant la loi voire un manquement grave dans l’exercice de ses fonctions.

Dites- nous, monsieur le président de la République, Macky Sall, pourquoi vous obstinez-vous dans la provocation en prenant la défense du ministre Mame Mbaye Niang  soupçonné d’être impliqué dans un scandale de malversations financières ? Pourtant, c’est ( toujours)  un  corps de contrôle de la République, l’IGE  qui a mis à nu la caisse d’avance de la Mairie de Dakar et entraîné suite à la saisine du même procureur de la République Serigne Bassirou Guèye l’arrestation et la condamnation de monsieur Khalifa Ababacar Sall pour une accusation de détournement de deniers publics à hauteur de 1,8 milliards de francs CFA.  

Dites nous encore, monsieur le président de la République,  Macky Sall , qu’est ce qui vous empêche d’assumer pleinement vos charges en laissant libre cours à la justice sénégalaise de faire son travail dans le respect de la loi ? Est-ce une manière cavalière de saborder le travail des inspecteurs de l’IGF en les discréditant auprès de l’opinion publique sénégalaise ?

Dites- nous également,  monsieur le président de la République,  Macky Sall , que vaut réellement voire que représente dans la construction de notre société sénégalaise  ce garçon, Mame Mbaye Niang, bavard, insolent si prompt à donner des leçons de vertu et de bonne gouvernance dans les plateaux de télé aux opposants et rattrapé sur le tard par l’IGF dans une affaire de détournement de deniers publics et de malversations financières pour que vous refusez sa démission du gouvernement de monsieur Boun Abdallah Dionne ?

Est- il plus méritant que les autres citoyens sénégalais poursuivis pour de tels faits de prévarication de nos deniers publics ?  Ou est- ce son statut de protégé de la première Dame Marième Faye-Sall qui joue en sa faveur et qui lui accorde de facto une impunité totale ? La justice doit être administrée avec courage et dans le respect des lois de la République. Vous n’avez nullement le droit de couvrir les méfaits de vos collaborateurs tout en sanctionnant d’autres citoyens sénégalais pour le seul fait qu’ils refusent de cautionner votre démarche cavalière  dans la gestion du pays.

Un minimum d’équité et d'égalité des citoyens sénégalais devant la loi exige que le ministre Mame Mbaye Niang réponde de ses actes en vue de défendre son honneur. Toutefois, avec vous à la tête du ministre, il serait illusoire de croire que vous êtes un devoir de devoir pour lever le coude sur les dossiers judiciaires impliquant vos alliés afin que la justice fasse son travail dans la sérénité.

De par votre refus de la démission du ministre Mame Mbaye Niang,  vous portez à nouveau un coup rude à une véritable indépendance de la justice sénégalaise.  Pourtant rien n’est nouveau dans notre République bananière où les alliés du pouvoir peuvent tout se permettre dans une impunité totale. D’autres alliés du pouvoir, toujours épinglés par les mêmes corps de contrôle de l’Etat sont libres de leurs mouvements malgré les lourdes charges de malversations financières qui pèsent sur eux et contre toutes attentes continuent de narguer le peuple. Votre gouvernance est le symbole de la faiblesse, de lâcheté et un manque de courage notoire à sanctionner vos collaborateurs qui enfreignent en connaissance de cause les lois et règlements de la République.

Dites - nous, monsieur le président de la République, Macky Sall où sont passés entre temps les différents rapports des corps de contrôle de l’Etat qui ont mis à nu la gestion rocambolesque du directeur du Coud, du Port autonome de Dakar, de la Poste, de la SAR, des commissions occultes sur le dossier du pétrole et d’autres encorequi jalonnent votre gouvernance sobre et vertueuse ? 

Que dire également du ministre Mame Mbaye Niang qui réclame un autre audit que celui de l'Inspection générale des Finances (IGF)  ? Où sommes nous vraiment ? Au lieu de répondre des griefs de malversations financières relevées par l’IGF l’incriminant dans l’affaire Prodac devant la justice, le ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang remet en cause le travail et l’impartialité des fonctionnaires d'un prestigieux corps de contrôle de l’Etat en réclamant un autre audit. C’est hallucinant d’entendre aujourd’hui le ministre Mame Mbaye Niang remettre en cause le travail des inspecteurs de l’IGF  alors qu’il ne s’est jamais privé de saluer le sacerdoce de ces fonctionnaires de l'Etat tout en fustigeant les partisans du maire de Dakar, monsieur Khalifa Sall qui demandaient entre autres à ce que le président de la République suive seulement les recommandations de l’IGE à propos de l'affaire de la caisse d’avance afin de l’épargner de poursuites judiciaires.

L’affaire Prodac démontre à suffisance que les inspecteurs de l'IGF  doivent avoir dans l’exercice de leurs missions la possibilité juridique et une garantie suffisante contre les abus et les pressions du pouvoir exécutif de donner une instruction obligatoire au procureur de la République de poursuivre des hommes ou des femmes auteur(e)s de graves faits de détournement de deniers publics et de malversations financières afin de préserver les intérêts légitimes du peuple sénégalais sans l’aval du président de la République pour combattre l’impunité de fait accordée aux dignitaires et responsables du parti au pouvoir.

On aura tout vu dans ce pays où les donneurs de leçons d’hier sur l’éthique républicaine et sur une gestion sobre et  vertueuse de nos ressources publiques et qui proclamaient voire exigeaient partout que justice se fasse afin de sanctionner les prévaricateurs à col blanc  de nos maigres ressources publiques, essaient aujourd’hui vaille que vaille de freiner la machine judiciaire voire même de l'arrêter pour des raisons fallacieuses d’un contre audit de gestion sur leurs turpitudes jamais assumées en responsables.

Décidément sous le magistère de notre président par défaut et apprenti - dictateur, monsieur Macky Sall, le mensonge, la lâcheté, les commissions occultes, l’impunité, les détournements de deniers publics et les malversations financières, le népotisme, le trafic d’influence, le partage entre copains ou compagnons de route de nos ressources, de nos terres ou potentialités économiques sont portés au rang de valeurs voire sont  érigés en mode de gestion du pays de la Téranga.

Le plus effroyable dans la situation du pays est que beaucoup de nos compatriotes se complaisent dans la gestion lâche et irresponsable du président de la République, monsieur Macky Sall et se contentent d’un certain confort de parias acquis toute proportion gardée  sur le dos de la société et qui refusent de combattre ses pratiques détestables.

Et, ces parias, on les retrouve partout dans la société : du citoyen lambda qui tire le diable par la queue et qui est prêt à monnayer son bulletin de vote pour quelques milliers de francs CFA, de l’intellectuel voire de l’objecteur de conscience, de l’homme d’affaires qui ne paie pas ses impôts à cause d'une certaine connivence coupable avec nos autorités publiques, du journaliste alimentaire ou chien de garde, du patron de presse corrompu, du politicien professionnel qui n'a que sa langue mielleuse pour débiter des pensées puériles ou de tenir des insanités à l’encontre de certains honnêtes citoyens sénégalais, du militant des droits de l'homme ou acteur de la société civile inféodé au pouvoir exécutif, du magistrat injuste voire complice des dérives ou abus de pouvoir du Chef de l'Etat  et maintenant au coeur même de l’aristocratie maraboutique où les autorités de la République ont pu s’engouffrer grâce à des hommes de main tapis dans l’ombre pour salir, corrompre et mieux pour les pousser à convaincre leurs disciples ou la masse silencieuse la justesse de la politique de notre président apprenti - dictateur, monsieur Macky Sall.

Malgré toute la terreur du régime hétéroclite Benno Bokk Yakaar  et les dures conditions de vie de la majorité des citoyens sénégalais, l’arrivée soudaine de monsieur Macky Sall à la tête du pays a fini de prouver voire de révéler au grand jour la face la plus hideuse de la société où pourtant des mystificateurs enturbannés  continuent de manipuler beaucoup de jeunes et qui se prennent pour des saints connaissant avec certitude l’avenir du pays et de ses hommes. 

Combattre cet homme, Macky Sall qui dirige le pays avec faiblesse et  ses thuriféraires zélés dans le déni,  l'opacité, les mensonges voire les reniements, l''injustice, le copinage avec son lot de pratiques mafieuses du pouvoir,  est un devoir patriotique pour chaque citoyen sénégalais peu importe ses convictions religieuses en vue de protéger le pays contre les fossoyeurs de nos valeurs.

Nous avons le devoir d’étendre voire d'amplifier actions et de continuer à sensibiliser davantage nos compatriotes sur la nécessité ou l'urgence et le pourquoi de notre rejet de la gouvernance du président Macky Sall. Il est vrai que cela implique beaucoup de choses entre autres du courage, du temps, une certaine dose d'opiniâtreté à défendre les causes de la société sénégalaise dans son entièreté  nonobstant les menaces ou tentatives d’intimidation du pouvoir de Macky Sall afin d’accompagner le candidat ou la candidate qui serait en mesure d’en découdre avec notre apprenti-dictateur en vue d'une seule finalité visant à  de restaurer la République et les valeurs de la société dans la justice, l’impartialité, le travail, le dévouement voire le don de soi,  l’altruisme, la défense de l'intérêt général et la solidarité intergénérationnelle voire multiconfessionnelle.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 236942 fois 167 Articles 1458 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.