Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR MADIAMBAL DIAGNE.

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 20 octobre, 2017 14:10  | Consulté 137 fois  |  0 Réactions  |   

Lettre ouverte à Monsieur Madiambal Diagne.

 

« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire. »

Jean Jaurès.

En tant que président du conseil d’administration du groupe scolaire Yavuz – Selim, vous avez certes plusieurs fois essayé de jouer votre partition en condamnant la volonté des autorités de la République de fermer définitivement les écoles du groupe. Toutefois, vos explications et vos mis en garde ne sont pas à la hauteur de votre engagement citoyen d’alors.

Je sais que vous êtes capable de faire preuve de plus de détermination et de hargne en vue de fustiger une volonté politique voire de combattre un adversaire ou un régime qui s’active insidieusement à contre courant des valeurs de la République et des intérêts intrinsèques du peuple sénégalais.

Vous nous aviez habitué à des sorties virulentes contre l’ancien président maître Abdoulaye Wade et son régime. Depuis que le chef de l’Etat,  monsieur Macky Sall est à la tête du pays, vous faites partie de ce groupuscule de  journalistes payés gracieusement par le pouvoir  qui ont décidé d’aliéner leur écriture et de mettre par voie de conséquence  leur engagement au service exclusif  de notre président par défaut nonobstant les dérapages et les entorses à l’éthique et à la bonne gestion de nos ressources publiques.

Personne ne peut vous reprocher votre amitié avec le président Macky Sall.  Il serait plus lisible et plus préférable d’adopter la même posture que les anciens journalistes messieurs Abdou Latif Coulibaly et Souleymane Jules Diop. Ils ont quitté le métier de journalistes en toute conscience pour porter les habits en lambeaux de politiciens professionnels afin d’accompagner la politique du président Macky Sall.  Votre position d’aujourd’hui est intenable moralement parce qu’elle vous empêche de dire la vérité sur beaucoup de dossiers qui fâchent en somme le pouvoir. Une amitié assumée et revendiquée avec un politicien de surcroît président de la République peut de facto porter atteinte à votre devoir d’intégrité et de traitement juste de l’information fournie au peuple.

Pourtant, Vous n’aviez jamais cessé de dénoncer de manière critique les nombreuses affaires de corruption, de malversations financières et de détournement de deniers publics qui ont eu cours durant les 12 ans du régime libéral de maître Abdoulaye Wade.

Votre posture pendant l’affaire de corruption  du fonctionnaire du FMI monsieur Alex Segura est encore vivace dans notre mémoire collective.   Beaucoup de nos compatriotes avaient du mal à saisir le sens de votre engagement patriotique au service de la défense du peuple. Mieux, plusieurs citoyens sénégalais doutaient de votre sincérité dans votre combat acharné contre maître Abdoulaye Wade. Ils estimaient que votre lutte était nourrie par des sentiments de haine, de rancune à l’encontre de l’ancien président maître Abdoulaye Wade et  de son fils  Karim Meissa Wade.

L’histoire  semble leur donner raison. Votre avez décidé en toute conscience de tronquer votre engagement, votre mission  d’alerte et d’information juste de journaliste pour des entrées au palais de la République et des privilèges.

Pourtant, les pratiques que vous dénoncez hier, sont toujours là et se sont même amplifiées. Votre posture de journaliste est en lambeaux. Votre ami, son Excellence le président par défaut monsieur Macky Sall piétine allègrement au quotidien  les règles d’une gestion sobre et vertueuse de nos deniers publics et des valeurs de la République. Et, vous préférez garder le silence des momies sur ses nombreuses turpitudes ou tout au plus les dénoncer avec légèreté et compréhension coupable voire compromission.

J’éprouve une grande déception de constater que vous n’êtes pas si différent de nos politiciens professionnels qui renient tous leurs engagements et leurs convictions dans le seul dessein de participer au festin du pouvoir.

Dites nous, monsieur Madiambal Diagne quelle serait votre attitude si la fermeture du groupe scolaire Yavuz – Selim était l’œuvre de maître Abdoulaye Wade ? Je la présume pleine de mépris, de reproche, d’amertume voire de saillies incendiaires et par-dessus tout de mobilisation à travers votre journal de propagande en vue de dénoncer sa faiblesse et sa trahison dans la défense des intérêts de la société sénégalaise. Ce serait l’occasion inespérée pour les loups et les chiens de garde alimentaires de se défouler en faisant référence au respect de l’éthique et des valeurs républicaines. Aujourd’hui, ce sont les mêmes hommes qui participent sans vergogne au festin des rats de la République.

Quoi qu’on puisse penser de maître Abdoulaye Wade et de ses manquements maintes fois  préjudiciables à l’ensemble du corps social sénégalais, il reste certain qu’il est incapable de se coucher comme un lâche devant un autre président en acceptant  de suivre ses recommandations et ses injonctions au détriment de notre fierté de peuple souverain.

Vous qui êtes si prompt à nous parler à longueur de journée d’éthique,  de fierté nationale, de patriotisme,  pourquoi monsieur Madiambal Diagne vous vous taisez sur cet acte de soumission indigne et perfide de votre ami président Macky Sall au président turc monsieur Erdogan ?  

Pourquoi aussi, vous réservez vos sorties au seul ministre monsieur Serigne Mbaye Thiam en déplorant au passage son incurie et sa mauvaise volonté de s’asseoir autour d’une table afin de trouver une solution négociée à ce dossier diplomatique épineux sur le sort des milliers d’élèves sénégalais de votre groupe scolaire et que vous vous taisez sciemment sur la faiblesse coupable  de votre ami, monsieur Macky Sall d’opposer un refus catégorique à l’ingérence des autorités turques sur une question d’ordre national ?

Votre position au sein du groupe scolaire Yavuz – Selim devrait vous conduire à montrer preuve de plus de fermeture et de défendre véritablement les intérêts pédagogiques  des milliers d’élèves sénégalais contre la volonté sordide de fermeture de monsieur Macky Sall de s’exécuter avec bassesse afin de rentrer dans les grâces du président turc monsieur Erdogan pour financer son Plan Sénégal Émergent.

Le groupe scolaire Yavuz – Selim doit même intenter une action en justice contre cette décision illégale du président Macky Sall parce qu’elle enfreint les règles de droit. En effet, pour qu’il ait fermeture dans un État de droit de n’importe quelle structure, il est impératif d’établir une violation des lois et règlements en vigueur dans le pays. Le groupe scolaire Yavuz – Selim n’a commis aucun acte répréhensible et portant atteinte à la République. Un juge courageux et craignant par-dessus tout le Seigneur des mondes ne peut pas entériner la décision de fermeture du président Macky Sall.

Pourquoi aussi, en tant que président du conseil d’administration du groupe scolaire Yavuz – Selim, vous avez subitement accepté le rachat des 64% des actions turques par des investisseurs français ?  Qui sont ces français et pourquoi vous ne portez pas à la connaissance du public cette transaction conduite par la notaire Nafissatou Diop Cissé ? Quel rôle de facilitateur avez-vous joué dans ce transfert de parts entre les actionnaires français et les autres membres du conseil d'administration du groupe scolaire Yavuz – Selim ? Avez-vous reçu l’onction du président de la République monsieur Macky Sall pour faciliter le rachat du groupe par vos maîtres français ? Quel est le projet pédagogique des nouveaux actionnaires du groupe scolaire Yavuz – Selim ? Nous espérons que vous auriez le courage d’apporter des  éclaircissements à ces questions.

En tant qu’ami de notre président par défaut,  monsieur Macky Sall,  je présume qu’il vous a mis au parfum de sa décision indigne de fermer le groupe scolaire Yavuz – Selim suite aux exigences du président turc monsieur Erdogan . Et surtout, ayez l’amabilité de nous épargner du discours de certains analystes politiques qui circonscrivent la décision du président sous l’angle de la realpolitik. Dites nous, monsieur Madiambal Diagne où est passé le sens de l'honneur de nos autorités publiques ?

N’est pas maître Abdoulaye Wade qui veut en matière de courage politique et intellectuel ? Votre ami président ne cesse de nous rappeler qu’il est et demeure un nègre de service au profit exclusif de ses maîtres occidentaux et qu’il est dans l’impossibilité de refuser d’exécuter leurs directives.

Dans toute autre nation moderne, le président Macky se serait bien gardé d’avouer de manière honteuse sa soumission abjecte à un autre chef d’Etat étranger. Votre ami, le président Macky Sall ne recule devant rien pour étaler une certaine bassesse morale. Votre ami éprouve toutes les peines du monde pour donner corps au sentiment de fierté. Il en est incapable et nous a prouvé plus d’une fois qu’il n’est pas à la hauteur de sa mission. Au plus, il ressent un complexe d’infériorité devant les autres présidents que ne rien ne saurait justifier. C’est la raison pour laquelle beaucoup d'autorités publiques internationales ou des personnalités privées de l’étranger se permettent de titiller notre fierté voire de bafouer en toute impunité notre dignité de nation souveraine. 

Votre posture d’aujourd’hui épouse et magnifie à tous points de vue les contre valeurs de bassesse  morale de notre président par défaut, monsieur Macky Sall.

 

massambandiaye2012@gmail.com





 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 129402 fois 116 Articles 1288 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
LE NDIGUEL POLITIQUE : UNE QUESTION D\'ETHIQUE ?
A PROPOS D\'UNE LECTURE BIAISÉE DU MARABOUT SERIGNE BASS ABDOU KHADRE SUR LA SITUATION DU PAYS.
A PROPOS DES FACTURES D\'ELECTRICITE IMPAYEES DE LA COMMUNE DE TOUBA.
LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DE LA COMMISSION AD HOC DE L\'ASSEMBLEE NATIONALE.
QUESTIONS DE MORALE POLITIQUE.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.