Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR KARIM MEISSA WADE.

Posté par: Massamba ndiaye | Jeudi 16 juin, 2016 15:06  | Consulté 535 fois  |  0 Réactions  |   

Lettre ouverte à monsieur Karim Meissa Wade.

« Le vrai courage ne se laisse jamais abattre » Fenelon.


 

Je ne sais pas par où commencer ma correspondance. Je n’ai jamais imaginé de ma vie vous adresser une lettre publique. Je ne suis pas un militant du parti démocratique sénégalais et je n’ai jamais voté pour maître Abdoulaye Wade. Cependant, cela ne m’a pas empêché de me révolter contre l’arbitraire dont vous êtes victime. Le pouvoir de Macky Sall a tout fait pour vous diaboliser et pour faire de vous le chef d’une mafia d’Etat. Le pouvoir a usé de toutes sortes de stratagèmes pour vous nuire. La presse a été instrumentalisée dans le but de salir votre réputation. Vous avez montré beaucoup de persévérance et de courage en prison. Vous ne vous êtes pas plaint de vos conditions de détention, ni manifesté des signes de faiblesse ou de lâcheté comme beaucoup de personnalités politiques, médiatiques ou maraboutiques. L’Etat du Sénégal a toujours refusé de vous rétablir dans vos droits malgré les nombreuses interventions des défenseurs des droits de l’homme.

Après plusieurs années de détention arbitraire, le régime de Macky Sall essaie de rectifier le tir en envisageant de vous libérer avant la fin de l’année 2016. Et pourtant, rien n’a changé. Le peuple a vite compris que vous étiez l’agneau du sacrifice pour faire plaisir à certains membres des assises, qui n’ont jamais accepté la décision de maître Wade de se séparer d'eux séance tenante. Il ne s’agit nullement de prendre votre défense de façon péremptoire sur les accusations portées à votre encontre par le parquet spécial de la CREI. Nous savons tous que le pays a été inondé de liquidités durant le régime de maître Abdoulaye Wade. La question qui mérite d’être posée est la suivante : qu’avez-vous fait de toute cette manne financière au profit du peuple et des plus défavorisées?

Le peuple souverain saura apprécier votre travail. Nous savons aussi que des gens sortis de nulle part ont pris part au festin en construisant en si peu de temps des villas de luxe que l’on a même du mal à trouver même dans les banlieues les plus huppées d’Europe . Certains sénégalais ont même pensé que vous vous êtes servi comme les autres responsables du PDS sur le dos des pauvres contribuables. Cependant, en droit, les accusations ne peuvent pas se reposer sur des supputations. Il faut des faits et des preuves. Les organes de contrôle de l’Etat n’ont pas épinglé votre gestion des ressources ni constaté des cas avérés de détournement de deniers publics.

Toutefois, force est de reconnaître que les magistrats n’ont pas su montrer au peuple la moindre preuve de votre culpabilité . Ils ont même instrumentalisé certains témoins afin de vous faire condamner. Votre plus grand tort est d’avoir occupé un trop plein de pouvoirs alors qu’une bonne gouvernance aurait souhaité que toutes ces compétences ne se retrouvassent entre les mains d’un seul individu fut-il un surhumain. Les sénégalais n’ont pas toujours compris et pardonné maître Wade d’avoir pensé que vous étiez le meilleur d’entre nous. L’ancien président a semblé ignorer la psychologie des masses paysannes et urbaines. Dans notre culture, on se refuse toujours de mettre au devant de la scène nos enfants pour éviter les mauvaises langues et le mauvais œil afin de les protéger de l’envieux. Maître Wade connaît très bien la mentalité sénégalaise. Il a usé de son pouvoir et a manifesté un mépris certain au reste de la population. Beaucoup se sont sentis blessés dans leur amour propre et de la mise en abîme de nos valeurs ancestrales.

Vu son âge et ses nombreuses réalisations, maître Wade a pensé à tort qu’il pouvait tout se permettre en vous confiant l’essentiel des fonctions régaliennes de l’Etat et mettre toute l’administration sous votre autorité. Il a emprunté un sentier sinueux, qui vous a valu d’être incompris voire rejeté par une importante frange de la population. Beaucoup de responsables libéraux ont abusé de votre proximité pour s’enrichir sur le dos du contribuable sénégalais. A ce jour, certains d’entre eux ont rejoint les prairies de l’APR en vous laissant dans votre détresse ou au pire se montrent cruels envers vous. Je reste persuadé que vous mesurez aujourd’hui à quel point la société sénégalaise est hypocrite.

Par ailleurs, vous êtes aussi victime d’un certain relent de racisme de la part de beaucoup de sénégalais, qui ne voient en vous qu’un blanc ou toubab alors que vous êtes un métis. Toutes ces personnes qui mettent en relief vos origines pour mieux vous stigmatiser ne sont pas plus sénégalais que vous. On ne choisit pas ses parents ni son lieu de naissance. Beaucoup de sénégalais qui indexent votre bi nationalité sont de mauvaise foi, ils auraient bien aimé être à votre place ou avoir un père comme le vôtre. Ces deux éléments, je pèse bien mes mots, ont contribué lourdement dans votre arrestation et votre condamnation par la CREI. Beaucoup de sénégalais vous voient comme un usurpateur, qui a attendu que le peuple combatte pour le triomphe de votre père , pour venir se faufiler entre les rangs serrés pour accéder au loge. Je suis convaincu que malgré les charges d’enrichissement illicite qui pèsent sur vos épaules et que les juges n’ont pas réellement apporté de vraies preuves pour vous confondre, vous êtes victime de votre métissage , du désir de vengeance et de la haine du pouvoir de Macky Sall.

En effet, vous êtes accusé des mêmes faits que maître Madicke Niang, Samuel Sarr, Ousmane Ngom, Omar Sarr et le reste de la bande des 25 « voleurs » présentés par le procureur spécial Alioune Ndao. Les loups vont hurler d’entendre ou de lire de tels propos irrévérencieux. J’admets que c’est insupportable d’entendre que de telles affirmations aient lieu dans un État de droit. Mais, les faits sont têtus et c’est la triste réalité. Le reste de la bande est en liberté et vaque à leurs occupations. Certains d’entre eux ont même eu le privilège de voyager avec le président Macky Sall ou de dialoguer avec ce dernier à la salle des banquets du palais de la République. Et pourtant, devant l’opinion publique nationale et internationale, ils ont été accusés d’enrichissement illicite et de détournement de deniers publics. Ainsi va le Sénégal. Il faut avoir la langue fourchue pour tenir tête aux autorités. Toutes ces personnalités politiques ne craignent pas la justice de Macky Sall parce qu'elles sont protégées par des lobbies maraboutiques.

Votre seul tort est de ne pas être comme nous autres sénégalais, recroquevillés sur les pieds des chefs religieux à qui nous avons fait acte d’allégeance à vitam æternam. Si vous aviez grandi comme nous autres dans la culture sénégalaise particulièrement Ouolof, si vous aviez manifesté de vive voix et de manière outrancière et ostentatoire votre appartenance à la communauté mouride , si vous aviez assisté aux nombreuses cérémonies religieuses organisées par ci et là durant toute l’année et que les autorités savent que vous avez des entrées en au haut lieu auprès des chefs religieux du pays, je suis convaincu que le pouvoir serait plus indulgent en votre encontre, comme il l’est d’ailleurs vis-à-vis du reste de la bande des 25 « voleurs » de la CREI.

A partir du moment où les juges de la CREI n’ont pas apporté de preuves probantes de votre culpabilité aux yeux de la majorité du peuple sénégalais, je trouve inadmissible qu’elles vous maintiennent en détention. Cependant, je suis scandalisé d’entendre l’avocat de l’Etat du Sénégal maître El hadji Diouf débiter des fadaises comme dans un conte d’enfants en évoquant votre situation familiale pour demander votre grâce alors que durant votre procès, il s’est montré d’une extrême lâcheté en usant de toutes sortes de subterfuges pour vous associer à monsieur Bibo Bourgi pour complicité d’enrichissement et de détournement de deniers publics. Il a la manie d’aggraver des faits qui ne reposent que sur du sable. Combien d’autres sénégalais croupissent dans les prisons, parfois sans jugement et que cela ne heurte point les « bonnes consciences ». L’Etat du Sénégal pouvait bien se passer des services de cet avocat tonitruant.

Du fonds de votre cellule, vous avez administré à nos autorités la preuve que vous n’êtes ni un poltron ni un pleurnichard. J'ose espèrer que vous avez beaucoup appris au près de vos co-détenus sur le fonctionnement de la société sénégalaise. Vous avez certainement eu l'occasion de constater le dénuement total des prisonniers et de méditer sur les raisons pour lesquelles la plupart d'entre eux se retrouvent privés de liberté. Le rôle d'un dirigeant est de faire en sorte que les populations trouvent de quoi s'occuper par le biais du travail pour préserver leur honneur et leur fierté afin de ne pas s'adonner à des pratiques délictuelles. De grâce, je vous prie de ne pas demander au président par défaut Macky Sall rancunier et méchant de vous élargir de prison à ce prix , même si je peux comprendre comme beaucoup d’autres sénégalais leur désir de vous voir humer l’air de la liberté. Vous devez refuser d’être sacrifié au profit d’éventuelles retrouvailles de la famille libérale autour de Macky Sall. Le régime de l’APR essaie de sauver sa peau en élargissant ses bases au détriment du principal parti d’opposition le PDS. Si le président Macky Sall vous gracie, il a le devoir moral de venir devant le peuple accompagné de sa bande des dames de compagnie et des magistrats soumis de la CREI vous blanchir publiquement de toutes leurs accusations. Sans cela, les sénégalais ne verront de votre libération qu’une autre forme de trahison aux aspirations du peuple contre l’impunité. Où est la justice dans toute cette tragique comédie?

En visite à Touba, le président Macky Sall joue le samaritain en voulant se dédouaner de votre emprisonnement devant le khalif général des mourides. (Moi Macky Sall, je voulais juste faire comprendre que c'est le temps de la gouvernance vertueuse et je n'ai jamais souhaité à personne la prison, c'est moi qui souligne). L’annonce du président Macky Sall de vous libérer avant la fin de l’année 2016 a un effet anesthésiant sur les nombreuses brimades du pouvoir contre le PDS. Mais, à cours terme, cette libération tentera de vous bâillonner du fait que Macky Sall trouvera toujours des magistrats qui vont restreindre vos droits et libertés pour empêcher le moment venu votre candidature à l’élection présidentielle de 2019. Vous n’avez rien à gagner de cet arrangement entre Macky Sall et les responsables libéraux, si ce n’est que de pouvoir retrouver vos enfants et votre famille. Votre ambition de diriger le pays en subira un sacré coup. Il faut continuer le combat afin que votre innocence puisse être établie devant le peuple.

Vous devez clairement indiquer aux autorités de faire leur méa culpa en reconnaissant publiquement que leurs accusations ne reposent sur rien de solide et qu'elles doivent en tirer toutes les conséquences pour vous amnistier. C'est votre honneur qui est mis en rude épreuve. Il faut refuser de donner l’occasion au président Macky Sall de pouvoir se soustraire de la justice puisqu'il a le devoir de justifier sa soudaine richesse alors qu’avant l’alternance de 2000, il tirait le diable par la queue à l’image de la majorité de la population que son pouvoir méprise aujourd'hui au point de laisser filer des citoyens sénégalais accusés d’enrichissement illicite et de détournement de deniers publics à hauteur de plusieurs milliards de francs CFA au moment où tout manque dans ce pays de trous à rats.


 

massambandiaye2012@gmail.com

ou via mon blog : entoutebonnefoi.seneweb.com .


 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 76026 fois 76 Articles 1268 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
A PROPOS DE LA MAUVAISE FOI DE MONSIEUR SOULEYMANE NDENE NDIAYE.
DROIT DE REPONSE AU JOURNALISTE MAMADOU THIERNO TALLA.