Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR EL HADJI HAMIDOU KASSE.

Posté par: Massamba ndiaye | Dimanche 09 juillet, 2017 19:07  | Consulté 646 fois  |  0 Réactions  |   

Lettre ouverte à monsieur El Hadji Hamidou Kassé.

 

Décidément après chaque sortie médiatique de l’ancien président de la République maître Abdoulaye Wade, les membres de la mouvance présidentielle doivent coûte que coûte se singulariser en vue d’essayer de le contredire.

Monsieur El Hadji Hamidou Kassé veut endosser un costume de politicien qui par ailleurs lui  est trop ample afin de communiquer à outrance sur des sujets que même votre mentor le président Macky Sall ne souhaite pas évoquer pour éviter la confrontation directe avec les citoyens sénégalais sur des questions de justice et de gouvernance éthique.

Il est maintenant trop facile pour vous de vilipender maître Abdoulaye Wade puisqu’il n’a plus de prérogatives constitutionnelles pour nommer les citoyens sénégalais. Juste après l’arrivée au pouvoir de maître Abdoulaye Wade, vous avez utilisé toutes sortes d’artifices dans le dessein de rentrer dans ses grâces présidentielles. Contre toute attente, maître Abdoulaye Wade comme à son  habitude parfois désinvolte de nommer n’importe quel individu à un poste de responsabilité en faisant fi des critères objectifs de compétence managériale , de probité morale, vous porte à la tête du quotidien national Le Soleil, un journal d’Etat. Durant toute cette période, vous aviez pour mission d’accompagner le président Abdoulaye Wade et de montrer voire indiquer au peuple par des envolées lyriques  sa sagesse, sa dimension intellectuelle,  l’ingéniosité de votre bienfaiteur, son génie politique , le tribun, sa grandeur,  son statut universel de défenseur des libertés publiques et de porte drapeau de la lutte pour les valeurs démocratiques. N’est ce pas le philosophe Platon qui ne voulait pas la présence de poètes au coeur de la Cité parce qu’il craignait par dessus tout qu’ils enjolivent le réel en utilisant des artefacts de langage en vue détourner le sens usuel des mots pour tromper le peuple et refuser par voie de conséquence de s’attaquer aux questions existentielles ? Vous avez à l'époque utilisé une panoplie de superlatifs pour magnifier l’oeuvre et la dimension de maître Abdoulaye Wade.

Pourtant cet homme,l’ancien président de la République que vous accompagnez dans ses pérégrinations à travers le monde, a sciemment détruit la carrière et l’élan d’émancipation de beaucoup de citoyens sénégalais au seul motif qu’ils ont voulu s’affranchir de sa tutelle bienveillante en critiquant ouvertement certaines de ses orientations politiques et exercer avec conscience et responsabilité leur droit de regard dans les affaires publiques. Maître Abdoulaye Wade a toujours souhaité que le pays et ses hommes tournent autour de sa personne afin que le triomphe de n’importe quelle initiative citoyenne soit plus éclatante.

Les archives sont encore là et continuent de meubler notre existence. Elles ne sont pas oubliées dans les tiroirs poussiéreux de l’histoire et ne  sont nullement considérées comme des accessoires voire des détails  insignifiants de notre conscience collective . Elles sont la mémoire de notre jeune nation. Il suffit juste malgré le temps qui passe inéluctablement de les dépoussiérer. Elles constituent un témoignage inestimable sur la nature et la dimension morale de nos hommes et de nos intellectuels.

Vous n’êtes pas différent de cette race de politiciens professionnels qui sont capables de toutes sortes de compromissions, de flagornerie, de bassesse pour chanter les louanges voire d’évoquer des mérites ou des vertus que votre bienfaiteur du moment ne possède pas et qu’il est à mille lieues de ces qualités morales.

Après que le président maître Abdoulaye Wade vous a démis de vos fonctions à la tête du journal Le Soleil pour mauvaise gestion épinglée par les corps de contrôle de l’Etat, vous gardiez par devers vous votre mal en patience en vue de le combattre en rejoignant l’actuel président de la République, son Excellence Macky Sall.

Le président Abdoulaye Wade a failli à sa mission en vous épargnant de poursuite judiciaire. C’est à cet homme là que vous vous attaquez aujourd’hui en portant le combat d’un autre homme en l’occurrence monsieur Macky Sall. C’est uniquement par pur opportunisme que vous l’accompagnez. Vous savez parfaitement qui il est réellement et de quoi il est capable.

Dites nous monsieur El Hadji Hamidou Kassé, si toutefois vous êtes épris de justice et que vous avez un sens élevé des valeurs voire des vertus républicaines, qu’est ce qui vous empêche de publier ce fichu torchon de l'Émir du Qatar qui demande expressément à notre président par défaut monsieur Macky d’élargir de prison monsieur Karim Meissa Wade ?

L’existence de cette lettre ou à tout le moins de ce torchon de l'Émir du Qatar révèle simplement la trahison du président Macky Sall à ses nombreux engagements récurrents pour une justice fidèle à ses valeurs et qui défend en dépit de toutes contraintes ou influences les intérêts supérieurs de la nation.

L'existence de ce torchon montre à suffisance que le président Macky Sall n’a pas le courage de refuser un marchandage perfide sur le dos du peuple dans  le dessein de libérer monsieur Karim Meissa Wade, condamné par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

De grâce monsieur El Hadji Hamidou Kassé, nous vous demandons solennellement en tant que citoyen de rendre un grand service à la nation sénégalaise en publiant cette lettre de l'Émir du Qatar. Le pays vous en sera éternellement reconnaissant et vous comptera parmi ses dignes fils.

La publication de cette lettre torchon qui piétine notre fierté,  notre honneur de nation libre et indépendante, va révéler tous les dessous de l’élargissement de prison de monsieur Karim Meissa Wade et ainsi permettre de mettre fin une bonne fois pour toutes aux agissements de maître Abdoulaye Wade et révéler au grand jour le ou les complots de nos autorités sur le dos du peuple.

Vous avez entre vos mains un précieux document pour discréditer maître Abdoulaye Wade à jamais aux yeux de l’opinion publique. En politique, l’erreur se paie cash. A défaut de  ne pas publier ce document, les citoyens sénégalais apprécieront votre légèreté  et vous compteront parmi les politiciens professionnels qui vivent dans le déni,  l’illusion et dans un mensonge éhonté.

Je suis d’avis que ce ballon d’oxygène que vous avez lancé sciemment en vue de détourner l’attention du peuple sur les propos d’un père meurtri par l’arrestation et l’isolement de son fils , va vite tomber. L’affliction d’un homme sur le sort peu enviable de son fils ne doit pas vous pousser à communiquer à outrance en faisant fi de la vérité et de la modération. L’ancien président maître Abdoulaye Wade est en partie responsable de la condamnation par la CREI de monsieur Karim Meissa Wade.  Beaucoup de citoyens sénégalais ne lui ont pas pardonné  sa suffisance à vouloir faire de son fils le meilleur d’entre nous en dépit même des règles de la vie sociale en vigueur au pays de la Teranga. La haine et la méchanceté  ont fini par prendre le dessus sur un procès juste et  une justice équitable et respectueuse des droits de monsieur Karim Meissa Wade.

En réalité, votre mentor son Excellence Macky Sall n’a rien à gagner à  la publication de ce torchon qui au demeurant ne cesse de renforcer notre conviction que nous avons affaire à un homme qui n’est pas à sa place au sein de nos institutions. Il est arrivé au pouvoir à la suite de situations exceptionnelles très regrettables pour notre nation.

Toutefois , si vous avez du mal à me croire, réécoutez ou relisez les chroniques d’alors de monsieur Souleymane Jules Diop, qui a fini par faire défection au combat patriotique et républicain pour le respect de nos valeurs, de nos libertés publiques, pour le refus d’une certaine servitude volontaire avilissante afin de pouvoir participer au festin présidentiel nonobstant ses anciennes convictions qui ont marqué tout un pays voire donné  un immense espoir à la jeunesse sénégalaise.

La constance dans l'action est une vertu que l'on n'observe que très peu dans le chef de nos politiciens professionnels et de nos intellectuels. Ils ne vivotent et ne changent de position qu'en fonction de privilèges et d'avantages indus au détriment du contribuable sénégalais.

Nous vous demandons de rentrer dans l’histoire de la nation sénégalaise par la grande porte des hommes de valeur, de conviction, d’engagement , de parole en publiant ici et maintenant cette lettre confidentielle de l'Émir du Qatar, et non à la remettre aux calendes grecques et à la surenchère médiatique de maître Abdoulaye Wade.

Faites honneur à votre dimension intellectuelle, à votre qualité de philosophe pour nous permettre d’apercevoir le réel, de comprendre notre monde social sénégalais,  ses tensions récurrentes, de penser le réel en le confrontant avec nos perceptions, nos représentations sociales, notre imaginaire, nos valeurs. Vous n’avez pas le droit de vous comporter comme le Chambellan attitré du président de la République à l’image de Farba Ngom et/ou du député Moustapha Cissé Lô pour devenir son répondeur automatique. 

Vous valez mieux que ça. Ayez l’obligeance de laisser ce rôle à ces zélateurs indignes et irresponsables et de nous éclairer de par  vos connaissances à affronter de face nos contradictions qui nous empêchent de bien cerner le réel et de nous engager dans la voie de la quête de la bonne vie.

Je suis certain de par vos connaissances, vous êtes en mesure de nous montrer les dimensions philosophiques de la bonne vie et non de vous aventurer dans les chemins sinueux de la politique politicienne.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 106168 fois 100 Articles 1275 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
DE LA RETENUE, MONSIEUR MACKY SALL, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.
L\'AFFAIRE AMY COLLE DIENG OU LA MANIFESTATION D\'UNE CERTAINE HYPOCRISIE SÉNÉGALAISE.
LA REPUBLIQUE DECULOTTEE DANS LA CITE DE TOUBA.
LA PAGAILLE ELECTORALE DES AUTORITES DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL.
QUESTIONS PRATIQUES SUR LE VOTE AU SENEGAL. 6 C\'EST QUOI UN DEPUTE DU PEUPLE ?
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.