Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

LE CYNISME DE MACKY SALL,PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL

Posté par: Massamba ndiaye | Dimanche 08 mai, 2016 16:05  | Consulté 377 fois  |  0 Réactions  |   

Le cynisme de Macky Sall, président de la République du Sénégal.

 

« Le cynisme est la seule forme sous laquelle les âmes basses frisent ce que l’on appelle la sincérité. » Nietzsche, Par-delà le bien et le mal.

Le président Macky Sall vient encore une fois montrer au peuple sénégalais sa désinvolture. Venu présenter ses condoléances attristées à une ancienne militante du PDS, Macky Sall s'est saisi de cette occasion pour faire étalage de son  humanisme à l’encontre de ses anciens compagnons de lutte . Il souhaite renouer le contact et les retrouvailles avec la famille libérale. Il aura fallu que Macky Sall attende ce moment de tristesse pour se rappeler tout ce qu’il doit au PDS. Notre président par défaut vient de se réveiller de son long sommeil ou selon veut se racheter de sa lâcheté.

Entouré des vieux dinosaures du PS qui ont pillé et mis à genoux le Sénégal pendant 40 ans,Macky Sall a instrumentalisé la justice pour se venger et humilier les dirigeants du PDS. Il glorifie l'ancien président socialiste alors que ce dernier n’a rien fait pour lui au détriment de maître Abdoulaye Wade. Macky Sall a subi avec rigueur les politiques mises en œuvre par le régime de Abdou Diouf sous le diktat des bailleurs de fonds. Le fait de venir maintenant de sa part nous chanter la clairvoyance et les mérites de Diouf à la tête du Sénégal, c’est le comble de l’ingratitude et de la mauvaise foi. Cet appel lancé en destination des membres du PDS pour venir à ses côtés est juste un moyen de se prémunir contre un possible éclatement de sa coalition Benno bok yakaar. Il sait que les socialistes vont tôt ou tard quitter le navire présidentiel afin de mieux préparer les prochaines échéances électorales. Ce calcul politicien malsain voire nauséabonde nous répugne.

Pendant les quatre premières années de sa présidence, Macky Sall n’a jamais lésiné sur les moyens de la puissance publique pour combattre le PDS en empêchant à ses dirigeants de sortir du territoire national et en emprisonnant certains. Vouloir maintenant passer l’éponge sur cette horrible campagne de diabolisation des responsables du PDS et appeler au dialogue, relèvent d’une extrême lâcheté de la part de Macky Sall. Le président de la République veut se dédouaner de cette politique. Il n’a rien à voir avec l’emprisonnement de Madame Aida Ndiongue. C’est la justice sénégalaise qui a usé de ses prérogatives pour instruire son dossier et l’arrêter. Le président Macky Sall nous prend pour des demeurés ou des idiots.

Sous son magistère, la justice est un pouvoir indépendant alors qu’il a avoué  devant l’opinion publique sénégalaise avoir empêché de transmettre des dossiers compromettants au parquet. Maintenant que cette même justice soumise aux ordres de Macky Sall vient de la relâcher,  le président nous rappelle que Madame Aida Ndiongue est sa  grande sœur. L’hypocrisie est étalée et magnifiée au grand jour par le haineux Macky Sall. Il ne vous appartient pas de faire pression sur la justice pour élargir de prison des responsables politiques afin de faciliter les retrouvailles avec le PDS. Les sénégalais ne peuvent pas comprendre que toutes les charges qui pèsent sur Madame Aida Ndiongue soient annulées comme s’il s'agissait d’une malencontreuse erreur judiciaire. Toutefois si Madame Aida Ndiongue s’est sentie lésée  par la justice, elle a le devoir de se retourner contre elle pour réclamer des dommages et intérêts. Toute autre attitude serait contraire au respect du droit et de l’égalité des citoyens devant la loi.

Le président Macky Sall ne s’arrête pas en si bon chemin de sa repentance de façade en nous disant qu’il a tressailli en passant devant la maison de maître Abdoulaye Wade. Notre homme est redescendu de son piédestal en l’espace de quelques très longues minutes pour se rappeler avec indignation son compagnonnage avec l’ancien président de la République. C’est dans cette demeure sans aucun doute que maître Wade a forgé votre parcours politique. C’est dans une même maison et ailleurs au palais de la République que maître Wade vous a utilisé comme homme de main pour exécuter sans retenue de basses conduites envers des citoyens sénégalais. Maître Wade dans son combat contre l’ancien premier ministre Idrissa Seck vous a confié la mission machiavélique de salir sa réputation.

Je ne sais pas si aujourd’hui vous regrettez votre conduite, mais je suis convaincu que devant Idrissa Seck cette forfaiture hideuse vous traumatise. Il en est de même de votre correspondance infâme  sous l’impulsion de maître Wade en destination de l’ancien président du Conseil, feu Mamadou Dia un digne fils du Sénégal, que le Seigneur lui accorde sa miséricorde.

C'est sous la présidence de Wade que vous avez utilisé les leviers de l’Etat pour vous enrichir à hauteur de milliards de francs CFA. Nous ne sommes pas amnésiques au point d’oublier votre attitude hautaine durant les huit ans de votre participation au régime de maître Wade. Hier l’ancien président de la République était à  vos yeux le bon guide, le maître à penser, le défenseur des libertés,  le bâtisseur hors pair. Aujourd’hui sous votre impulsion et votre autorité, il est traité par vous et par vos obligés du moment comme un homme irresponsable, un gaspilleur de nos deniers publics, un homme pas recommandable au point de vous adjoindre des conseils de Abdou Diouf.

Avec toutes ces forfaiture et trahisons, je me demande s’il vous arrive de bien fermer l’œil et de passer une nuit tranquille au palais doré de la République sans penser à vos lâchetés et vos compromissions d’avant. Je déplore la manière dont certains responsables du PDS se réjouissent de ces retrouvailles. Macky Sall vous a combattu avec haine et mépris. Il ne vous revient pas de passer sous silence ces quatre années de brimades et de le rejoindre. Les vrais militants du PDS doivent refuser catégoriquement de suivre les dirigeants du parti dans cette voie. En vérité, Macky Sall a toujours pour objectif de réduire le PDS à sa plus simple expression. Les retrouvailles de la famille libérale doivent se faire, mais sans Macky Sall qui a choisi d’être dans le camp des insulteurs et des manipulateurs d’opinion à l’instar de Souleymane Jules Diop et de Abdou Latif Coulibaly, Madiambal Diagne, El hadji Kasse.

A travers cette mascarade de réconciliation, Macky Sall veut dynamiter le PDS de l’intérieur afin que beaucoup de responsables libéraux quittent le navire pour le rejoindre. Certains lâches du camp libéral ne manqueront pas de sauter sur l’occasion pour trahir maître Wade à l’instar de Ousmane Ngom, Modou Diagne Fada, Alioune Sow, Abdou khafor Touré, Serigne Mbacké Ndiaye. Les vrais responsables libéraux doivent à la fois avoir à l’esprit les multiples raisons du désaveu de l’électorat sénégalais, rompre de façon définitive avec les pratiques qui frisent l’indécence,l’orgueil et continuer le combat contre le régime de Macky Sall. C’est la seule voie possible pour le PDS de revenir au pouvoir et conquérir à nouveau le cœur des électeurs. Toute autre conduite de soumission ou de compromission au président Macky Sall signerait la descende aux enfers du parti libéral sénégalais.

L’appel du président Macky Sall doit être rejeté par toutes les composantes du PDS. Le président Macky Sall essaie par tous les moyens de rester encore au pouvoir afin de retarder voire d'éviter de répondre à la justice sénégalaise pour enrichissement illicite. Vous ne devez pas lui donner l’opportunité de s’appuyer sur le PDS afin de rester encore au pouvoir ou un de ses futurs obligés pour ne pas devoir justifier l’origine licite de sa fortune. Il sait au plus profond de lui-même qu’il s’est enrichi de manière éhontée sur le dos du contribuable sénégalais en profitant de sa position au sein de l’Etat. Il est loin d’être meilleur que le pensionnaire de Reubess monsieur Karim Meissa Wade qui purge sa peine de manière stoïque sans montrer des signes de faiblesse ou de quémander le pardon du président Macky Sall. Ce dernier à la place de Karim Meissa Wade aurait montré une attitude de faiblesse, de pitié et de lâcheté pour échapper de l’enfer de la prison de Reubess.

Le Sénégal tombe très bas en confiant sa destinée à monsieur Macky Sall. Il faut tout de même poser la question à Souleymane Jules Diop qui malgré son manque de crédibilité, connaît bien notre homme pour nous renseigner sur sa faiblesse, sa lâcheté , son manque notoire d’autorité et de courage.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 76023 fois 76 Articles 1268 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
A PROPOS DE LA MAUVAISE FOI DE MONSIEUR SOULEYMANE NDENE NDIAYE.
DROIT DE REPONSE AU JOURNALISTE MAMADOU THIERNO TALLA.