Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

DROIT DE REPONSE A MADAME SOKHNA DIENG MBACKE.

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 16 mars, 2018 16:03  | Consulté 574 fois  |  0 Réactions  |   

Droit de réponse à Madame Sokhna Dieng Mbacké.

 

Je suis un citoyen sénégalais et Inch’ Allah  je ne voterai pas pour le candidat Macky Sall à l’élection présidentielle  du  24 Février 2019. Suis – je donc de mauvaise foi ? Pourtant,  je ne suis pas le seul.  Nous serons très nombreux à adopter cette posture.

Je suis surpris de lire vos propos appelant les citoyens sénégalais de bonne foi à élire le Chef de l’Etat, monsieur Macky Sall dès le premier tour. Je ne pouvais nullement imaginer que vous étiez capable de sortir de pareils propos dignes d’un politicien professionnel sans vergogne. Est-ce une façon de titiller notre fibre patriotique voire citoyenne en vue de faire corps avec le programme Sénégal Émergent du chef de fil de la coalition Benno Bokk Yakaar ?  

Je suis déconcerté par votre sortie médiatique en raison même d’une certaine image que j’ai de vous. En effet, pour la jeune génération, il leur sera extrêmement  difficile de se faire une représentation de vous dans notre conscience collective. Elle se contentera tout au plus que de regarder quelques  photos  de vous en compagnie de votre époux, le marabout – politicien Serigne Modou Kara Mbacké. Cependant, pour nous autres qui ont eu  l’opportunité de porter un regard sur le monde pendant le règne sans partage de l’ancien président de la République,  monsieur Abdou diouf, grâce à vos talents de journaliste, cette sortie est somme toute regrettable, inutile et porte un sacré coup à l’estime que nous vous portions.

N’oublions surtout pas que dans les années 90, la RTS avait le monopole de l’information. Notre compréhension de la société et du monde dépendait entièrement de ce que le service public de l’audiovisuel sous le contrôle du palais de la République souhaitait nous fournir. Pourtant, malgré la censure qui sévissait de fait au sein de la RTS, votre talent de journaliste laissait apercevoir une certaine lueur d’espoir, un modèle de professionnalisme. Vous et tant d’autres de vos confrères de l’époque à l’instar de Madame Elisabeth Ndiaye, messieurs Daouda Ndiaye, le regretté Amadou Mbaye Loum, Sada Kane, Mamadou  Malaye Diop avez fortement contribué à nous faire aimer le milieu de la presse, le débat démocratique.

Ouvrir le net, et tomber sur votre déclaration à portée démagogique  en vue d’apporter un soutien de taille à votre époux le marabout - politicien Serigne Modou Kara Mbacké est totalement renversant. Personne ne peut vous reprocher votre choix de vie en faisant un trait à votre profession de journaliste et à  devenir une femme au foyer. Au plus, c’est votre droit. Toutefois, nous ne pouvons accepter que vous vous versez dans la démesure en nous provoquant de manière frontale jusqu’à douter même de notre probité.

N’avons nous pas le droit de refuser la politique du président Macky Sall ? Sur quels critères vous  vous basez pour affirmer avec promptitude que les citoyens de bonne foi doivent élire notre président par défaut, monsieur Macky Sall dès le premier tour ? Et nous autres, qui pouvons avoir un regard différent sur  la situation socio-économique du pays, devons nous accepter d’être qualifiés de citoyens de mauvaise foi  du seul fait de notre opposition à la politique conduite par le Chef de l’Etat, monsieur Macky Sall ?

Il est très facile de brosser un tableau reluisant de la politique du président Macky Sall depuis 2012 en tenant compte seulement de la construction de certaines infrastructures ou en cours de réalisation. C’est le travail fastidieux de la cellule de communication du palais en pointant le curseur sur certains aspects de sa gestion, à la limite élémentaires  dans un État moderne qui aspire au progrès,  mais tout en se gardant de jeter un regard critique sur beaucoup de dossiers de malversations financières qui dorment dans les tiroirs du président de la République, monsieur  Macky Sall.

Puisque vous nous interpellez directement Madame Sokhna Dieng Mbacké sur  la bonne foi du citoyen, faisons le point objectivement sur la situation du pays.

Tout d’abord, je tiens à vous signaler que je ne suis pas nihiliste  pour soutenir que le président de la République,  monsieur Macky Sall n’a rien fait de bon depuis qu’il est à la tête du pays. Faire un tel constat d'echec, ce serait de la mauvaise foi.

Nous ne disons pas que votre allié du moment n’a rien fait de bon. Toutefois, nous avons le droit de ne pas adhérer à sa politique et à ses choix économiques pour  une série de raisons.

D’une part, sur le choix de nos partenaires au développement  et sur leur place dans l’économie sénégalaise. Il vous sera très facile de constater que ce sont les firmes françaises qui tirent notre économie vers le haut avec un taux de croissance de plus de 6%.  Ce choix de faire reposer sur les sociétés françaises l’accroissement de notre économie est contre productif du seul fait qu’il annihile toute possibilité à notre secteur privé national de pouvoir se développer. Les sociétés françaises avec la complicité de nos autorités publiques se taillent la part du lion dans l’attribution des marchés publics. Au plus, il convient de s’interroger sur l’opportunité même de certains projets confiés à des sociétés françaises notamment celui du TER.  L’attribution de ce projet à la société Alstom ne se justifie pas du point de vue macro-économique pour la simple raison de son coût exorbitant eu égard à l’offre plus avantageuse   de la firme indienne et de son impact réel sur le suivi du projet. Avec le projet du TER, nos autorités publiques n’ont opposé aucune contrepartie concernant sa gestion même.  Ce qui va augmenter considérablement la facture en cas de panne du réseau. L’entreprise française ne va pas assurer la maintenance du site gratuitement. Pourquoi, l’Etat du Sénégal n’a pas obtenu des autorités françaises la formation de nos ingénieurs afin qu’ils puissent prendre le relais en vue de réduire drastiquement la facture d’Alstom après livraison du matériel ?

D’autres part, sur le choix même de certaines infrastructures routières à l’instar de l’autoroute Ila Touba. Le président de la République,  monsieur Macky Sall a lancé ce projet en vue simplement de séduire la hiérarchie mouride et non par un souci de rentabilité voire de désenclavement de certaines zones du pays. As-t ’il fait preuve de bonne foi en faisant le choix sur cet axe routier alors que d’autres axes routiers enclavés sont laissés à l’abandon tout en continuant à nous parler du Sénégal pour Tous ? Non, Madame Sokhna Dieng Mbacké.  

On peut également souligner la réfection du building administratif à hauteur de plusieurs milliards de francs CFA. Ce choix se justifie t-il en termes de bonne gouvernance et de rationalisation de nos dépenses publiques à partir du moment où plusieurs ministères vont déménager dans la nouvelle ville de Diamniadio ? Les choix  économiques du président de la République,  monsieur Macky Sall posent problème parce qu’ils augmentent de façon inconsidérée la dette publique de l’Etat du Sénégal. Créer de nouveaux pôles de développement économique n’est pas condamnable de prime abord. En effet, un pays qui aspire à l’émergence économique doit même accentuer ses efforts dans ce sens, mais en ayant le sens de la responsabilité de mettre en avant les intérêts du peuple sénégalais et en faisant participer de façon considérablement nos PME à l’effort de construction de nos infrastructures.

Et , c’est là où le peuple attend son Excellence,  monsieur Macky Sall.

Enfin, sur son jeu de débauchage perfide du personnel politique des partis de l’opposition sénégalaise avec en prime l’argent du contribuable,  vous en dites quoi Madame Sokhna Dieng Mbacké ? Est-ce une marque de bonne conduite de citoyens sénégalais de bonne foi ?

Que dire de l’implication de sa famille dans la gestion de nos deniers publics ? Pourtant,  c’est le président de la République,  monsieur Macky Sall qui avait pris librement l’engagement de ne jamais nommer par décret son frère monsieur Aliou Sall et ensuite revenir sur sa parole en lui confiant la Caisse de dépôts et consignations. Est-ce de la bonne foi ? Il faut savoir raison garder Madame Sokhna Dieng Mbacké.

Et, que dites vous Madame Sokhna Dieng Mbacké du comportement désinvolture d’une certaine élite maraboutique qui courtise frénétiquement le chef de fil de la coalition sangsue Benno Bokk Yakaar, monsieur Macky Sall en vue de bénéficier de privilèges indus sur le dos voire sur l’aveuglement de leurs talibés ?  

Dites nous, Madame Sokhna Dieng Mbacké,  la décision du président de la République, monsieur Macky Sall d’attribuer 33000 ha au marabout – politicien Serigne Modou Kara Mbacké pour son projet Al – Mountakha , nous renseigne t-elle sur sa bonne foi en matière de bonne gouvernance et du traitement équitable des citoyens sénégalais sur nos deniers publics et sur l’usage de nos terres ? Et puis, votre époux est – il un opérateur économique engagé dans le développement du pays pour prétendre bénéficier d’une telle largesse ? Est-ce le prix de son ralliement suspect longuement maintenu dans un clair-obscur  en vue de convaincre notre président par défaut, monsieur Macky Sall à augmenter le prix de son engagement à ses côtés ?

Ce volte face incessant du marabout – politicien Serigne Modou Kara Mbacké est – ce de la bonne foi ? En vrai mystificateur, il a réussi un coup de maître en s’octroyant une telle superficie en raison même de la faiblesse de monsieur Macky Sall en l’encontre de certains marabouts qui exploitent et manipulent à dessein leurs talibés afin d'assouvir leurs besoins de prestige.

Je vous prie Madame Sokhna Dieng Mbacké de vous préserver de cette mare à boue infecte de la politique politicienne et de ne pas suivre votre mari de marabout – politicien Serigne Modou Kara Mbacké dans la voie de la démesure, de la mystification, son terrain de prédilection en vue de détourner une certaine jeunesse sénégalaise avide de ses fameuses trouvailles comme tolou alarba de l’essentiel à savoir le droit de connaître  ce qui se passe dans ce pays avec leur propre esprit critique.

Certains de ses disciples iront même jusqu'à soutenir que le marabout-politicien Serigne Modou Kara Mbacké reçoit des signes afin de magnifier son pouvoir sur eux. Au demeurant, il ne diffère en rien de par ses calculs, de ses stratagèmes pour se rapprocher du pouvoir en place à nos politiciens professionnels à la recherche effrénée de l’argent et du prestige, à part son patronyme Mbacké, un lourd héritage à porter.

 

massambandiaye2012@gmail.com






 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 236975 fois 167 Articles 1458 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.