Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

DE QUOI ALIOU SALL EST-IL LE NOM?

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 15 avril, 2016 13:04  | Consulté 790 fois  |  2 Réactions  |   

De quoi Alioune Sall est-il le nom ?

 

« La justice est l’indifférence. Le zèle de la justice est la passion de l’indifférence. Toute autre passion est égoïste : amour est égoïsme. L’homme juste est passionné,  mais passionné contre tout amour ». Pierre-Joseph Proudhon, Carnets.

 

L’homme n’est connu du grand public qu’après l’arrivée au pouvoir de son frère monsieur  Macky Sall, président de la République du Sénégal.  Auparavant, notre homme était journaliste de profession. Il n’était pas parmi les plus brillants de sa corporation. Beaucoup de Sénégalais ignoraient même s’il en fût un. Personnellement,  je n’ai jamais lu un seul article écrit ou un reportage fait par monsieur Alioune Sall. Il ne s’agit pas pour moi de lui refuser ce statut de journaliste. Je m’interroge juste sur le fait que certains veulent occulter  la réalité en lui donnant le profil du bon journaliste ou pour masquer son manque de notoriété dans le milieu de la presse. On connaît et on reconnaît les plus belles et valeureuses plumes qui ont  fait la fierté de tout un peuple depuis les indépendances.

 A la suite de la nomination de son frère dans différentes stations de la République,  il fut recruté et affecté à l’ambassade du Sénégal en République populaire de Chine. L'actuel ministre Souleymane Jules Diop , chroniqueur à l’époque du régime libéral de maître Abdoulaye Wade, s’offusquait de cette promotion et dénonçait son caractère inégalant en rupture avec l’esprit républicain qui voudrait que l’on ne nommât dans nos ambassades ou consulats que des diplomates. Monsieur Alioune Sall se fit une place au soleil et commença à tirer son épingle du jeu en tissant un réseau de connaissances. Malgré le départ de Macky Sall de la présidence de l’Assemblée nationale, les autorités libérales n’ont pas jugé nécessaire de le révoquer et de le faire revenir illico presto  au Sénégal.

Toutefois, si son frère n’était pas devenu président par défaut à  la suite de tumultueuses tensions électorales,  monsieur Alioune Sall ne serait jamais sur le devant de la scène pour apostropher voire narguer certains citoyens sénégalais. C’est ce mélange  des genres qu’il faut à tout prix condamner et bannir du champ politique. Je tiens à  rappeler que monsieur Alioune Sall est un citoyen sénégalais qui a les mêmes droits et les mêmes devoirs que n’importe quel autre sénégalais. Cependant, la comparaison s’arrête là. Nous ne vivons pas dans un système monarchique où le frère du roi prend place et acquiert de droit des privilèges et des prérogatives. Le Sénégal est une République.

En République,  il est inopportun voire même injuste de bénéficier d’une position non méritée dû au seul fait d’un lien de consanguinité avec le président. Je ne tiens nullement à faire un procès d’intention à monsieur Alioune Sall. Je récuse seulement le fait que la famille du président  ne doit pas utiliser les leviers de l’Etat pour avoir un moyen de pression sur les affaires de la République. Ce monsieur dérange et est au cœur de l’actualité du pays. Il ne faut surtout voir dans cette contribution libre d’un citoyen une sorte de désobligeance ou de manque de respect à l’encontre du frère du président de la République. Il s’agit juste de rappeler que les autorités de la seconde alternance démocratique au Sénégal ont annoncé le ton qu’elles voulaient une rupture avec les pratiques non républicaines de l’ancien régime libéral. Les mêmes avaient critiqué et dénoncé le rôle prépondérant que Karim Wade avait sous la présidence de son père. Il fut accusé de tous les péchés d’Israël. La sagesse aurait voulu que le président Macky  Sall éloignât  son frère des affaires de la République après avoir orchestré l’arrestation et la condamnation de Karim meissa  Wade à une peine de prison ferme. Il fut reproché à Karim Wade, vu la proximité avec son père au cœur même de la République, d’avoir spolié la nation entière à coup de centaines de milliards de francs CFA. Les mêmes faits vont produire les mêmes dégâts.

Monsieur Alioune  Sall est à la tête d’une importante mairie de la banlieue. Il n’a droit à cette position qu’au seul fait d’être le frère du président de la République. Pourquoi diable n’a-t-il pas auparavant participé à une élection représentative pour briguer le suffrage des sénégalais ? Il a utilisé beaucoup de moyens financiers pour pouvoir remporter les élections sur fond de désistement et d’achat de conscience des électeurs de la banlieue. Notre homme ne s’arrête pas en si bon chemin. Il trône même sur l’association des maires du Sénégal. Les poujadistes de l’ancien régime de maître Wade ne  déversent plus leurs venins sur ces comportements aux antipodes de l’esprit républicain. Tout ce qu’ils refusaient à maître Wade eu égard au soit disant respect des principes sacro- saints de l’Etat de droit, ils l’acceptent maintenant avec déférence au président Macky Sall. Pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal,  nous avons un frère président au niveau local des mairies et au niveau national son grand frère. C’est une situation regrettable à tous les nouveaux. Beaucoup de sénégalais avaient à son époque condamné et éprouvé une certaine gêne vis-à-vis  des pouvoirs exorbitants  de monsieur Karim meissa Wade. Où sont les anciens pourfendeurs du régime de maître Abdoulaye Wade, messieurs les censeurs Abdou Latif Coulibaly, Abdou Aziz Diop, Alioune Tine, Penda Mbow, El hadji Kasse, Souleymane Jules Diop, le doyen Mody  Niang,  le mouvement Yen a marre, ect.. ? Ils se tous tus et beaucoup d’entre eux partagent le festin présidentiel au détriment de la défense des intérêts du peuple. Honte à vous messieurs «  les intellectuels » de la République du Sénégal.

Monsieur Alioune Sall est devenu en quelques années un personnage encombrant. Il tire les ficelles partout et la plupart de nos concitoyens observent un silence coupable vis-à-vis de ses agissements. Le Sénégal est très loin d’être un État de droit équitable. Dans les autres vraies démocraties,  la justice se serait saisie directement des dossiers sur lesquels figurent le nom de Alioune Sall afin d’éviter toutes suspicions de favoritisme des autorités à son égard.   

Sur l’affaire PETRO TIM, il a eu à jouer un rôle prépondérant permettant à cette société de pouvoir gérer les réserves de pétrole découvertes sur le territoire sénégalais. N’a-t-il pas eu connaissance des données confidentielles de la République du Sénégal sur les éventuels gisements pétroliers ? Si tel est le cas, nous sommes en face d’une situation de délit d’initié . Une information judiciaire devrait être ouverte afin d’édifier la nation sur la manière dont monsieur Alioune Sall s’est subitement intéressé à ce milieu des hydrocarbures alors qu’il n’a aucune connaissance en la matière. Comment et sous quelles conditions il a servi de pion ou relais pour permettre à  PETRO TIM d’acquérir une licence d’exploitation de nos ressources ? Sur les 200 milliards de francs CFA estimés dans l’acquisition de cette licence, qu’elle est sa part ? Le fisc est il au courant de cette transaction et sur  les autres sociétés écrans qui se sont greffées au dossier ?

L’affaire de Panama Papers  est une bonne occasion de fouiller dans les dossiers de ces sociétés pétrolières et de ne pas se limiter au seul cas de Mamadou Pouye. Quel est le montant que le fisc sénégalais a réussi à faire entrer dans les caisses de l’état ? Interrogé sur le sujet par le journal français Le Monde du 28 septembre 2015, monsieur Alioune Sall a répondu de façon laconique pour bouter en touche les accusations d’extorsion de fonds et de connivence avec PETRO TIM : « On m’a accusé à tort. Personne n’a la moindre preuve que je suis actionnaire de Petro Tim ». Il appartient à la justice sénégalaise de diligenter une enquête afin de savoir le rôle que le frère du président Macky Sall a pu avoir dans cette affaire et à quel montant il a monnayé son intervention. Puisqu’il s’agit de nos ressources, nous avons le droit de savoir de nos autorités la vérité sur cette affaire. Il ne leur appartient pas de protéger personne.

Sur l’autre affaire concernant l’établissement  d’une nouvelle banque au Sénégal, son nom figure également parmi les promoteurs du projet. Décidément, tous les chemins de création de richesse au Sénégal mènent à monsieur Alioune Sall. Notre homme est partout dans le circuit économique du pays, mais il feint de minimiser son rôle. Dans le même article du journal Le Monde intitulé «  Aliou, le frère controversé du président sénégalais Macky Sall » , il refuse d'être le fondateur de la banque de Dakar, mais avoue tout de même « d’avoir aidé des amis à créer une banque au Sénégal avec un budget de 26 milliards de francs CFA ».

Quelles sont les attributions de monsieur Alioune Sall dans la hiérarchie étatique pour se voir conférer un rôle de facilitateur pour la création d’un établissement bancaire ? N’avons pas nous droit en tant que citoyens sénégalais de savoir avec exactitude qui sont les amis de Alioune Sall à la tête de la banque de Dakar et combien de royalties il a reçu en contrepartie. Dans cette affaire ou comme dans l’autre évoquée en premier, monsieur Alioune Sall doit des réponses sans langue de bois aux citoyens et à la justice sénégalaise. Nous n’avons pas le droit d’évacuer la question au seul motif que certains esprits partisans pensent que le président Macky Sall pourrait être  visé et éclaboussé suite à  l’éclatement de la vérité sur ces deux affaires.

L’émergence ne doit pas être un concept creux que nos autorités utilisent à tout bout de champs. Elle ne doit pas seulement être le reflet d’un taux de croissance à deux chiffres. Elle commence par le principe d’égalité de tous les sénégalais devant la loi et de son applicabilité dans toute sa vigueur en respect des droits et des devoirs des citoyens. Si nous voulons une société juste et équitable,  l’impunité doit cesser et nous avons tous le devoir moral de ne pas protéger les citoyens qui violent la loi quelques  soient leurs rangs et leurs positions dans la République.


massambandiaye2012@gmail.com

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Massamba ndiaye En Avril, 2016 (22:09 PM) 0 FansN°:1
Je vous prie de m'excuser du fait que je me suis trompé sur la transcription du prénom du frère de Macky Sall. Il faut lire Aliou et non Alioune Sall. Merci de votre compréhension.

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 123529 fois 110 Articles 1286 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.