Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

DE LA VIGILANCE CITOYENNE.

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 19 janvier, 2018 16:01  | Consulté 615 fois  |  0 Réactions  |   

De la vigilance citoyenne.

 

A quelques mois de l’élection présidentielle de 2019, la peur semble changer de camp. La coalition Benno Bokk Yakaar est vivement interpellée par son chef, notre président par défaut, monsieur Macky Sall en vue d’occuper le terrain, d’arrêter les querelles de bas étage et de montrer voire de vendre ses réalisations afin de lui permettre de passer dès le premier tour du scrutin présidentiel.

L’euphorie de leur large victoire en termes de sièges lors des élections législatives du 30 juillet 2017 semble céder à la crainte de devoir affronter un candidat de l’opposition au second tour de l’élection présidentielle de 2019.

Le président de la République, monsieur Macky Sall annonce la couleur en indiquant déjà sa victoire à hauteur de 60%. Il veut forcer la main de l’électorat sénégalais. Pourtant, il sait très bien qu’il est impossible actuellement dans le cadre d’un processus électoral libre et démocratique de gagner haut la main dès le premier tour l’élection présidentielle. En effet, aucun parti ou aucune coalition de partis n’est pas en mesure de s’imposer dans tous les segments les plus représentatifs de la population. Qui plus est, l’élection présidentielle diffère largement de l’élection des députés du peuple. Il s’agit d’une rencontre  voire d’un moment d’adhésion entre le peuple avec son élite politique.

Les réalisations d’infrastructures ne constituent pas le seul baromètre d’appréciation de l’action de nos autorités publiques. Si cela pouvait suffir ou servir de gage d’un travail assez bien accompli, le président de la République maître Abdoulaye Wade disposait de toutes les cordes pour gagner largement en 2012.

Le président Macky Sall est conscient de cet état de fait et c’est ce qui explique en grande partie sa campagne de communication en vue de mobiliser ses partisans. Aucune élection présidentielle n’est gagnée à l’avance à part dans les républiques bananières où le pouvoir peut utiliser tous less leviers de la puissance publique en vue de torpiller le processus électoral,  de corrompre à coût de milliards de francs CFA nos compatriotes les plus précarisées et qui n’ont pas le sens de la vertu voire de l’éthique pour se laisser acheter comme des animaux et d’instrumentaliser certains fonctionnaires véreux de l’administration territoriale pour empêcher le bon déroulement du vote.

L’élection législative du 30 juillet 2017 a fini de nous montrer jusqu'où dans la voie de l’ignominie notre président par défaut, monsieur Macky Sall et sa coalition sangsue d’opportunistes sont capables d’aller pour torpiller le processus électoral.

En prenant encore position sur la nécessité du dialogue politique national, le président Macky Sall et sa mouvance veulent nous détourner de l’essentiel à savoir la distribution de toutes les cartes d’identité biométriques à leurs ayant droits pour qu’ils puissent exercer leur droit de vote. Et, c’est  un enjeu de taille.

La mouvance présidentielle craint le vote de sanction voire de revanche de plus d’un million de citoyens que l’Etat du Sénégal a refusés sciemment de délivrer leurs cartes d’identité biométrique.

Il est plus que temps pour tous nos compatriotes lésés dans leurs droits de continuer à réclamer leurs cartes d’identité biométrique,  mais également à ceux tous et à toutes celles qui ne sont pas encore enrôlés sur les listes électorales de le faire afin de jouer pleinement leur rôle de citoyen et de participer en toute conscience à une nouvelle forme de gouvernance centrée sur l’éthique, sur le choix d’hommes et de femmes dignes et respectueux des engagements contractés avec le peuple.

Ainsi, il appartient à chacun d’entre nous de prendre ses responsabilités en vue de permettre aux citoyens sénégalais toutes obédiences confondues d’exercer librement leur'vote et de choisir en toute quiétude leur candidat ou candidate.

Nous devons refuser la volonté sournoise de la mouvance présidentielle de nous mettre devant le fait accompli à savoir la victoire inéluctable du président Macky Sall.  Les dés ne sont pas encore pipés.

Nous devons également refuser d’écouter voire de prêter le flanc à tous ces marchands d’illusion notamment parmi eux une certaine catégorie de mystificateurs enturbannés qui veulent nous orienter vers l’accomplissement de leurs souhaits : la réélection du président de la République, monsieur Macky Sall en vue continuer à bénéficier de privilèges indus.

Encore une fois, la messe n’est pas dite. Le président Macky Sall sait pertinemment que les citoyens sénégalais s’attendaient à ce qu’il s’engage dans la voie de la défense des nos valeurs républicaines et non de permettre voire de tolérer l’inacceptable : l’impunité des pilleurs de nos deniers publics.

En vérité,  l’électorat sénégalais jugera l’action du président Macky Sall en fonction de son engagement mainte fois renouvelé de la gouvernance sobre et vertueuse. Sur ce plan, il a profondément déçu les citoyens sénégalais. Par pur opportunisme politique, il a sciemment tourné le dos à l’éthique en encourageant voire en récompensant la transhumance de nos politiciens professionnels, une pratique monstrueuse et détestable.

Face à cet homme et à son clan politico-affairiste qui ne reculent devant rien dans le dessein de se maintenir au pouvoir, il revient de droit à chacun d’entre nous de prendre ses responsabilités, de combattre l’imposture de nos autorités publiques, de dénoncer partout dans les réseaux sociaux la rétention des cartes d’identité biométrique, dans des tribunes ouvertes mais également d’alerter dans nos pays de résidence nos partenaires au développement avant que l’irréparable ne se produise.

Nous devons maintenir la pression à notre président-politicien afin qu’il accepte loyalement de respecter les règles du jeu démocratique et de cesser d’intimider des responsables de son camp voire de fonctionnaires afin qu’ils se livrent à des pratiques pouvant compromettre de manière substantielle le processus électoral.

Notre président-politicien doit arrêter la surenchère médiatique en vue de leurrer une bonne partie de la population. En réalité, il sait qu’il lui est impossible de gagner dès le premier tour du scrutin présidentiel si toutes les règles sont respectées. Les citoyens doivent être conscients que notre président-politicien Macky Sall utilisera tous les moyens de l’Etat afin de ne pas se retrouver au second tour du scrutin dans une confrontation fatale avec le candidat de l’opposition.

En effet, il est impensable dans une élection présidentielle eu égard à la réalité sociologique fragmentaire de l’électorat sénégalais et à une forte sensibilisation des masses sur la nécessité de consolider nos acquis démocratiques en moins d’un sabotage ou d’un coup de force électoral en violant le principe de la  sincérité du vote, de voir un candidat gagner dès le premier tour même à 50,1%.

Nous lançons un appel solennel à notre président par défaut, monsieur Macky Sall de faire non seulement confiance aux électeurs sénégalais pour une présidentielle apaisée et d’éviter de semer le chaos en voulant coûte que coûte se maintenir au pouvoir sans l’assentiment voire la confiance renouvelée du corps électoral à son encontre.  

La République doit prendre le dessus sur nos considérations partisanes et politiciennes.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 226519 fois 160 Articles 1440 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
A PROPOS DES ACCUSATIONS DE MAITRE OMAR YOUM CONTRE L\'OPPOSITION SENEGALAISE.
NOTES DE LECTURE SUR LE DISCOURS DU MAGISTRAT SOULEYMANE TELIKO.
A PROPOS D\'UNE RENCONTRE ENTRE TRANSHUMANTS POLITIQUES.
PAR DEVOIR DE VERITE A MONSIEUR MAODO MALICK MBAYE !
VOUS AVEZ DIT, MONSIEUR MACKY SALL : TERRORISME INTELLECTUEL AMBIANT !
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.