Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

DE LA BRUTALITE POLICIERE A L'ASSEMBLEE NATIONALE.

Posté par: Massamba ndiaye | Samedi 08 juillet, 2017 22:07  | Consulté 560 fois  |  0 Réactions  |   

De la brutalité policière à l’Assemblée nationale.

 

Lors de la session plénière extraordinaire de l’Assemblée nationale du jeudi 6 juillet 2017, le président Moustapha Niass a fait appel aux forces de l’ordre dans le dessein de faire sortir des patriotes sénégalais présents dans l’hémicycle , animés par une volonté de faire capoter la forfaiture des députés de la coalition Benno Bokk Yakaar.

La procédure d’urgence voulue par notre président par défaut monsieur Macky Sall en vue d’imposer à quelques semaines des élections législatives une modification de l’article L 78 de la loi électorale est une violation manifeste du code électoral. Le président Macky Sall a une conception étrange du respect des lois et règlements de la République et des règles juridiques en vigueur au sein de la CEDEAO.

La modification de l’article L 78 du code électoral viole de manière manifeste le secret du vote. Les députés de la majorité présidentielle ont en toute conscience voté cette disposition scélérate qui permet aux autorités de la République de savoir avant la fermeture des bureaux  les réelles tendances de vote des citoyens sénégalais et ainsi de pouvoir commettre l’irréparable en détournant  le suffrage.

Les citoyens sénégalais présents à l’Assemblée nationale ont voulu manifester leur opposition à  ces dérives du régime du président Macky Sall.  La majorité présidentielle veut imposer une omerta sur toutes les questions d’intérêt général. Elle compte sur l’irresponsabilité de certaines autorités de la police pour restreindre la liberté d’expression des citoyens sénégalais.

Rien ne justifie la présence de tous ces policiers aux alentours de l’Assemblée nationale,  si ce n’est une volonté et une décision lâches à tous points de vue des autorités de la République d’intimider nos compatriotes voire de les menacer de représailles policières.

C’est une peine perdue monsieur Macky Sall. Vous avez trahi les aspirations du peuple. Vous perdez votre temps et votre énergie en essayant de réduire les libertés publiques . Votre police partisane peut encore continuer à brutaliser les citoyens sénégalais,  mais elle ne parviendra jamais à faire plier les aspirations légitimes du peuple au renforcement de la démocratie et au respect des règles de la vie en République.

À ces policiers qui violentent les citoyens sénégalais pour le plaisir d’un homme fût-il le président de la République, nous vous disons basta et nous vous demandons d’honorer votre mission patriotique  de protection des personnes et des biens et de ne pas prêter surtout pas le flanc à toutes les autorités qui s’activent quotidiennement au nivellement de nos valeurs sociétales en vue de rester encore longtemps au pouvoir et de continuer allègrement à  bénéficier des avantages et des privilèges au détriment du corps social sénégalais.  

A ces policiers qui brutalisent également des membres de l’opposition,  où étiez vous lorsque monsieur Youssou  Toure  insultait à outrance le député maître El Hadji Diouf en pleine session  et perturbait le déroulement normal du travail des parlementaires ? Pourquoi à l’époque, vous n’avez pas utilisé cette force brute et aveugle afin de le faire sortir manu militari de l’hémicycle ?  Vous ne cessez de harceler les opposants tout en étant conciliant avec les politiciens de la mouvance présidentielle.  Quelle est cette façon d’assurer la sécurité des personnes et de faire respecter les lois et règlements de la République ?

Le président Macky Sall doit savoir raison garder et refuser d’utiliser certaines forces du désordre de la police pour sévir contre le peuple, qui essaie en fonction de ses moyens de combattre les multiples compromissions et manœuvres perfides des autorités de la République.

Toutes les forces vives de la nation, soucieuses du respect des droits des citoyens sénégalais,  doivent dénoncer cette énième forfaiture du président Macky Sall .

La majorité parlementaire Benno Bokk Yakaar a fini de montrer aux citoyens sénégalais son incompétence et ses limites face à la sauvegarde des intérêts supérieurs de la nation. Elle nous renvoie à nos responsabilités de combattre les agissements regrettables du président Macky Sall .

Tout compte fait, la douzième législature sera marquée par le sceau de l’irresponsabilité, de l’incapacité du président de l’Assemblée nationale monsieur Moustapha Niass de mettre en avant  les intérêts de la nation.

Le président Moustapha Niass, à qui la République a tout donné en termes de position et de privilèges depuis l’indépendance  nationale, s’est contenté  durant toute sa présidence à faire preuve d’ostracisme à l’encontre de l’opposition afin d’honorer son engagement sordide et opportuniste scellé avec le président Macky Sall  en vue de combattre l’émancipation de jeunes patriotes contre les fossoyeurs de la République.

Les citoyens sénégalais ne regretteront pas votre fin de carrière et votre départ à la tête de l’hémicycle. Vous nous avez montré à suffisance que vous aimez par-dessus tout les délices du pouvoir et que vous pouvez vous permettre malgré votre âge de tenir des propos grossiers voire insultants à l’encontre de vos compatriotes.

Cette violence policière que les autorités de la République veulent utiliser comme une épée de Damoclès sur les citoyens sénégalais doit cesser illico presto. Nous ne céderons pas à vos menaces et à vos représailles.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 122148 fois 109 Articles 1285 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.