Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

DE L'INJUSTICE SOCIALE AU PAYS DE LA TERANGA.

Posté par: Massamba ndiaye | Mardi 03 janvier, 2017 13:01  | Consulté 343 fois  |  1 Réactions  |   

De l’injustice sociale au pays de la Teranga.

 

« L’ingratitude est la plus affreuse et la plus méprisable de toutes les injustices ». Félicité de Genlis ; Pensées et textes recueillis (1830).

« Le comble de l’injustice, c’est d’appuyer des actes pour forcer les opprimés au silence ». Malesherbes ; Pensée et maximes (1721-1794).

 

Au Sénégal,  les politiciens souhaitent dans leurs propos de campagne combattre définitivement les injustices et les inégalités sociales. Ils parcourent les villes et les villages du pays avec un programme de redressement économique et de mieux être pour les populations défavorisées. Ils sont tous sans exception soucieux de la mise en pratique d’une politique distributive plus efficace de nos ressources publiques. Toutes leurs promesses électorales vont dans ce sens. Toutefois, une fois au pouvoir, la réalité est autre. Leurs priorités diffèrent en fonction des intérêts et des groupes de pression installés au cœur de la République.

Tous les régimes qui se sont succédés à la tête du pays n’ont pas dérogé à la règle et ont pour l’essentiel échoué à prendre réellement en charge les préoccupations ( nouvel an, fête de l’indépendance ) des citoyens sénégalais. Ils se glorifient souvent à l'occasion de ces fêtes commémoratives de rappeler aux populations que tous leurs efforts visent à réparer les inégalités sociales en listant leurs réalisations en matière d’électrification des zones rurales, de routes et de forages. Cependant, ils oublient très souvent que ce sont des droits fondamentaux pour tous les citoyens sénégalais. Il est d'autant plus inadmissible que  l’intérieur du pays est  ignoré voire marginalisé par les autorités publiques dans leurs différentes politiques de développement économique. Il est également surprenant que nos gouvernants ne mesurent pas la gravité de la situation dans laquelle vivent les populations les plus défavorisées. Elles attendent juste des autorités qu’elles fassent leurs devoirs sans calcul électoraliste.

Construire des routes et des forages ne constituent en rien pour nos parents paysans des privilèges et des attentions des autorités de la République. Ce sont des droits inaliénables que la puissance publique a l’obligation de mettre à la disposition de l’ensemble du corps social indépendamment de leur appartenance ethnique, linguistique,  confrérique ou partisane. Pour cela, nos gouvernants ne doivent même pas attendre des remerciements et des félicitations des populations concernées. La télévision d’Etat ( RTS ),  de l’indépendance jusqu’à nos jours , nous a habitué à diffuser en boucle des images de propagande mettant en relief des citoyens sénégalais chantant et dansant à longueur de journée pour honorer un ministre, un député , un président de la République venus présider l'inauguration d’une infrastructure.

Nos autorités publiques aiment ces moments de liesse populaire pour se sentir importantes aux yeux des populations défavorisées ou sinistrées. Elles profitent souvent des moments de détresse des citoyens sénégalais pour leur montrer qu’ils sont de cœur avec eux, mais en réalité ils ne s'occupent que de leur avenir politique. Il ne suffit nullement de construire une nouvelle route dans les endroits les plus reculés du pays, ou de faire un  forage pour résoudre les difficultés criardes des pauvres. Cette attitude mesquine de nos gouvernants maintient ces citoyens dans la précarité et une certaine gêne de revendiquer leurs droits à un environnement sain, à un travail digne, un bon système éducatif.

La plupart de nos compatriotes qui vivent dans nos villages, sont souvent illettrés et ne connaissent pas leurs droits. C’est justement la raison pour laquelle ils considèrent les réalisations de l’Etat dans leurs contrées comme des privilèges et non des droits non négociables. C’est fort de cette conviction que les autorités publiques les mystifient parfois pendant les échéances électorales en discourant en français afin qu’ils ne saisissent pas leurs propos. Les discours paternalistes ou anesthésiants de nos politiciens professionnels ne servent absolument à rien pour tous ceux  qui veulent réellement combattre les inégalités sociales et les injustices des populations précarisées. Le Sénégal ne se limite ni à Dakar et ni au nouveau pôle urbain de Diamnadio. Les vrais problèmes des sénégalais de l’intérieur du pays sont le chômage endémique des jeunes, l’exode rural, l'inexistence de structures de santé performantes et accessibles, un mauvais système éducatif .

Pour venir à bout de ces problèmes existentiels récurrents ou à tout le moins les réduire significativement, il suffit juste aux autorités de la République  de revoir nos priorités et arrêter les investissements de prestige qui nous maintiennent inexorablement dans la dépendance économique. Ces investissements de prestige n’ont seulement plombent le plafond de notre dette publique, mais en réalité ne permettent pas de trouver des solutions durables au problème de l'emploi des jeunes et de la pauvreté de masse.

Les autorités de la République ont le devoir impérieux de rationaliser nos ressources publiques , qui pour l’essentiel , proviennent de la coopération internationale sous forme de dons et de prêts. Le président de la République  peut réaliser beaucoup d'économies en réduisant par exemple nos représentations diplomatiques à l’étranger souvent très coûteuses, inutiles ou n’ayant pas une forte ou signifiante communauté de sénégalais en présence  pour les injecter dans les secteurs porteurs de développement et de progrès social. La diplomatie sénégalaise ne  peut pas être présente partout. Il faut cibler nos partenaires stratégiques et y consacrer nos efforts de coopération internationale. Pour cela, il lui suffit juste d’une réelle volonté politique  et de patriotisme afin de mettre fin à cette gabegie inacceptable rien que pour casser une clientèle, cette race de politiciens parasites.

 Dans sa lutte contre « les injustices sociales qui lui tiennent vraiment à cœur », le président Macky Sall doit supprimer toutes les institutions inutiles et budgétivores comme le Conseil économique social et environnemental ( CESE ) et le Haut conseil des collectivités territoriales ( HCCT ). Ces institutions de par leur mode de fonctionnement et de leurs prérogatives  ne permettent pas de créer de la valeur ajoutée. La plupart de leurs membres sont choisis en fonction de leur compagnonnage  avec le chef de l’Etat et  non de leur compétence ou expertise. Il existe encore d’autres moyens de rationaliser de manière efficiente nos maigres ressources publiques.

Toutefois , si vraiment la lutte contre les inégalités et les injustices sociales est au cœur de votre combat et de votre engagement aux côtés du peuple, il vous revient juste,  monsieur le président de la République Macky Sall , de porter un acte de haute portée à la fois  symbolique et patriotique aux yeux de la population  en supprimant les fonds politiques dans la législation sénégalaise. Pour une justice distributive plus juste et équitable, vous devriez également porter votre attention sur le déséquilibre manifeste dans le traitement des fonctionnaires du service public. Vous devriez aussi cesser de distribuer l’argent du contribuable à cette classe de marabouts qui n’ont pas plus de droits ou besoins fondamentaux pour nous autres citoyens pauvres et sans soutien.

Une justice sociale plus efficiente exige de nos autorités du courage, de la responsabilité, du sens élevé de l’intérêt général , de l'honneur d’être au service de son pays , de l'abnégation, du respect, de l’amour et de la sollicitude envers ses compatriotes. Les sénégalais veulent uniquement de l’action et de vraies solutions pour mettre fin à leurs désespérances voire leurs souffrances  et non un discours de réalisation ou  en cours de réalisation  d’infrastructures et une litanie de promesses électorales .

 

massambandiaye2012@gmail.com



 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
DEUG En Janvier, 2017 (15:44 PM) 0 FansN°:1
Mensonge, fourberie, mesquinerie, vol, escroquerie,
indignité, immoralité,manœuvre frauduleuse, artifice coupable, association de malfaiteurs, gangstérisme, mafia, cynisme, insensibilité aux souffrances du peuple, ingratitude, malveillance, et pour couronner le tout, incompétence à tout niveau. Voila les principales maladies à soigner chez nos politiciens.

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 90613 fois 92 Articles 1271 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
A PROPOS DE LA MAUVAISE FOI DE MONSIEUR SOULEYMANE NDENE NDIAYE.
DROIT DE REPONSE AU JOURNALISTE MAMADOU THIERNO TALLA.