Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

COMMENTAIRE SUR QUELQUES PROPOS DE MONSIEUR SOULEYMANE NDENE NDIAYE.

Posté par: Massamba ndiaye | Jeudi 27 juillet, 2017 09:07  | Consulté 625 fois  |  0 Réactions  |   

Commentaire sur quelques propos de monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye.

 

« On doit rompre avec notre manière de s’opposer. Une mairie d’opposition ne peut rien apporter aux administrés. Voter l’opposition, c’est voter inutilement ». Propos de l’ancien premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye.

 

Les politiciens professionnels du pays de la Teranga n’arrêtent pas de surprendre les citoyens sénégalais. L’ancien premier ministre vient de prouver à l’ensemble du corps social qu’il n’est pas à la hauteur pour conduire les destinées de la nation en vue de la sauvegarde des valeurs de la République.

Notre homme n’est pas un démocrate et souhaite priver à travers ses propos légers aux citoyens sénégalais une opposition républicaine capable de porter et de défendre les préoccupations des populations. Il agit comme un despote qui veut annihiler toute volonté d’indépendance des citoyens sénégalais de s’opposer au régime du président Macky Sall.

D’où vous vient cette idée d’accaparement du pouvoir à tous les échelons de la nation pour le compte d’un seul homme en l’occurrence monsieur Macky Sall ? La concentration du pouvoir entre les mains d’un seul homme voire d’une coalition politique est source de tension et un danger pour la démocratie. Elle entraîne de fait une certaine propension des autorités de la République à exercer une certaine violence sur les citoyens sénégalais et à  faire passer des lois voire à exécuter des politiques publiques au détriment de l’intérêt général pour le compte de certaines puissances occidentales ou de lobbies politico-affairistes et maraboutiques.

Vous savez sans doute mieux que moi le rôle de l’opposition dans le combat pour un exercice effectif des libertés publiques au Sénégal. Votre ancien mentor maître Abdoulaye Wade  a défendu pendant de longues années la possibilité pour l’opposition sénégalaise de diriger des localités  partout au Sénégal dans le cadre de consultations électorales régulières et transparentes.

Ce combat a porté ses fruits et a rendu possible l’alternance au pouvoir devant le régime du parti socialiste de l’ancien président de la République monsieur Abdou  Diouf, par ailleurs un roi fainéant qui s’est toujours évertué à combattre dans l’illégalité l’opposition et à procéder à la confiscation du suffrage des sénégalais. Votre engagement d’alors dans le parti démocratique sénégalais ( PDS ) reposait sur cette conviction  politique et citoyenne de la nécessité d’une opposition capable de diriger des mairies en vue de donner plus de force et de vitalité à la démocratie.

Revenir sur cet engagement de plusieurs années de combat démocratique dans le dessein d’accompagner notre président par défaut monsieur Macky est une faute morale. L’engagement politique doit être une conviction et non un calcul opportuniste voire clientéliste en vue de se vendre au plus offrant.

Je tiens à vous avouer que j’ai eu froid au dos en découvrant vos propos désinvoltes qui remettent en cause la capacité de l’opposition à diriger une mairie ou toute autre localité. Dites nous en quoi un maire de l’opposition ne serait pas en mesure de satisfaire les préoccupations de ses administrés ?

A travers votre sortie irresponsable, vous avouez au peuple la volonté sournoise des autorités publiques de contrecarrer et de combattre les politiques publiques des maires d’arrondissement de l’opposition. La défense de la  République doit être au cœur de l’action politique. Le régime du président Macky Sall a montré la voie à travers une conception monarchique du pouvoir en combattant ouvertement les politiques mises en œuvre par monsieur Khalifa Ababacar Sall  le maire de Dakar et pour le compte des populations dakaroises.

C’est notre conception politicienne du pouvoir qui refuse de reconnaître les prérogatives des mairies d’arrondissement et qui prive les élus locaux des moyens financiers pouvant leur permettre de mener des politiques stratégiques en vue de l’amélioration substantielle des conditions d’existence des populations sénégalaises. C’est cette même volonté systématique de concentration des pouvoirs régaliens au sommet de l’Etat qui est à la base de l’acte 3 de la décentralisation décrié par tous les citoyens responsables du pays.

Pour finir, vous estimez que voter pour l’opposition est inutile. Si les citoyens avaient les mêmes idées rétrogrades et anti démocratiques que vous jamais au plus  grand jamais vous ne vous retrouverez ministre de la République. C’est le combat d’un homme maître Abdoulaye Wade à qui vous avez tourné le dos, qui vous a permis contre toute attente de diriger le gouvernement du pays . Vous êtes devenu premier ministre par le seul fait du prince. En effet,  vous ne pouvez pas faire valoir vos qualités intellectuelles pour occuper ce poste prestigieux dans la vie de la nation.

C’est regrettable qu’un homme  de notre "dimension " ait pu occuper des responsabilités aussi importantes dans le pays. L’ancien président maître Abdoulaye Wade a abusé de ses prérogatives constitutionnelles en vous nommant premier ministre alors que toute proportion gardée vous n’avez ni  les compétences managériales pour diriger une équipe gouvernementale, ni le profil intellectuel.

C’est toujours un pari très risqué de confier le pouvoir à  des hommes ou à des femmes qui en principe sont plus enclins à obéir voire à exécuter des ordres plutôt qu’à  les donner.

Entendons- nous bien, il ne s'agit nullement de défendre une certaine conception politique du système aristocratique. En effet, j’ai toujours combattu le système aristocratique dans notre pays parce qu’il porte atteinte aux droits de certains de nos compatriotes et les maintient dans une servitude volontaire pour le bénéfice de certains parias de la société.

En démocratie, il est vrai que tous les citoyens peuvent et doivent même s’impliquer dans la vie de la Cité et à tous les échelons. Toutefois, un danger réel existe voire un nivellement des valeurs de progrès, d’éthique républicaine lorsqu’on s’aventure pour des raisons politiciennes à conférer le pouvoir à des hommes ou à des femmes qui n’ont aucune conviction ni un idéal démocratique à défendre et à partager avec l’ensemble du corps social sénégalais.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 106319 fois 101 Articles 1275 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.