Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A PROPOS DES FINANCEMENTS OCCULTES DU PRESIDENT MACKY SALL, LE CHEF DE FIL DES PILLEURS DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL.

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 29 septembre, 2017 08:09  | Consulté 2670 fois  |  1 Réactions  |   

A propos des financements occultes du président Macky Sall, le chef de fil des pilleurs de la République.

« La corruption est en force, le talent est rare. Ainsi, la corruption est l’arme de la médiocrité qui abonde, et vous en sentirez partout la pointe ». Le père Goriot – Honoré de Balzac

 

La gestion « sobre et vertueuse » du président de la République monsieur Macky Sall est sur le point de déchanter. Les langues de certains membres de la Cour Benno Bokk Yakaar commencent à se délier. Personne ne pouvait imaginer que des partisans de cette coalition hétéroclite pouvaient également avoir l’outrecuidance de dénoncer la gestion gabégique de nos ressources publiques du président de la République, monsieur Macky Sall.

Pourtant, monsieur Macky Sall, en quête du pouvoir, affirmait solennellement qu’il était dans les dispositions une fois élu de gérer avec équité voire responsabilité les ressources de l’Etat et qu’il ne dérogera jamais à cette exigence éthique de surcroît citoyenne en vue de propulser un développement économique et social endogène pour le bien être de toute la population sénégalaise.  Par ailleurs, il comptait s’appuyer sur  les fondements pragmatiques de sa formation de géologue pour mener à bien sa mission pour la satisfaction des besoins récurrents de l’ensemble du corps social.

Personne ne pouvait imaginer que le président de la République, monsieur Macky Sall , en si peu de temps, pouvait en toute lucidité renier un à un tous ses engagements contractés sans aucune pression ni contrainte et en toute conscience devant le peuple.

L’homme avait reçu carte blanche du peuple de refonder la République mise en sac par le régime libéral de l’ancien président maître Abdoulaye Wade. Malgré sa participation dans le pouvoir de ce dernier, les citoyens sénégalais lui avaient tout pardonné, même ses lâchetés, ses combats téléguidés depuis le palais de la République, ses attaques lâches et perfides à l’encontre de citoyens sénégalais même des plus vertueux en l’occurrence feu Mamadou Dia, l’ancien président du Conseil.

Le peuple sénégalais déboussolé par les pratiques récurrentes de mauvaise gestion , par les nombreux dossiers de malversation financière du régime libéral de maître Abdoulaye Wade, par l’impunité et l’arrogance de certains membres de son gouvernement,  a permis à monsieur Macky Sall après trois longues années de traversée du désert,  la peur au ventre de se retrouver en prison, de devenir président de la République contre toutes attentes car l’homme éprouvait toutes les peines du monde à se décider et à prendre la mesure de son combat contre son ancien mentor.

Malgré tout le soutien moral et affectif du peuple sénégalais contre l’injustice du régime libéral de maître Abdoulaye Wade à son encontre,  le président Macky Sall s’est estimé libre de se délier de tous ses engagements en vue de conforter son pouvoir sur les citoyens meurtris de leurs dures conditions d’existence.

Maintenant, il se comporte comme un roi pour se permettre de distribuer sans aucune gêne l’argent des sénégalais à des politiciens professionnels afin de les contraindre de manière sournoise à accepter voire accompagner sa politique partisane au détriment de l’intérêt général.

Cette marchandisation du pouvoir est indigne. C’est un aveu d’échec flagrant du président de la République, monsieur Macky de défendre la patrie avant toutes autres considérations. Il s’agit d’un cas de corruption grave qui interpelle les plus hautes autorités judiciaires du pays et tous les citoyens pratiques qui ont l’opportunité de saisir de leurs prérogatives constitutionnelles en vue de traduire le président de la République,  monsieur Macky devant la Haute Cour de Justice pour haute trahison dans l’exercice de ses fonctions.

Nous sommes maintenant édifiés sur la personnalité du président de la République, monsieur Macky Sall. Il est tellement empêtré  dans une gestion scabreuse de nos deniers publics qu’il est incapable de se faire entendre raison en vue de privilégier les intérêts légitimes de l’ensemble du corps social sénégalais et non d’une minorité d’opportunistes pouvant même aller aussi loin dans la cupidité en vendant  père et mère afin de participer aux délices du pouvoir de son Excellence,  le roi de la Cour Benno Bokk Yakaar.

Ce jeu de poker offert gracieusement à certains membres de cette coalition sangsue consistant à choisir entre être ministre ou recevoir 4 millions de francs CFA pour services rendus est inédit dans l’histoire politique du Sénégal. Ce pactole distribué à des personnalités politiques au seuil de la retraite et qui ne peuvent rien apporter au peuple, pouvait servir à financer des projets vitaux pour donner un espoir à beaucoup de jeunes sénégalais complètement désœuvrés et prêts à rencontrer les dangers de la mort en affrontant la furie de la mer pour rejoindre l’eldorado Barcelonais. Mais, également ces sommes astronomiques pouvaient servir au financement d’équipements médicaux de qualité afin de bien traiter nos nombreux malades qui ne cessent de souffrir le martyr devant l’incurie et la lâcheté de nos autorités publiques de faire le lit d’une certaine corruption  politique.

Les caisses noires des institutions de la République sont des caisses du diable qui servent uniquement à l'achat de conscience de certaines personnalités politiques ou civiles et constituent un moyen pernicieux,  mais très efficace pour tordre le bras à certaine élite maraboutique afin qu'elle renonce à rappeler aux gouvernants leurs devoirs envers le peuple en pratiquant une gestion éthique et responsable des affaires publiques.

Les fonds politiques du président de la République, monsieur Macky sont destinés à corrompre à coups de millions tous ceux ou celles ont la prétention de mobiliser quelques citoyens comme des bêtes de somme afin de renforcer les rangs de sa coalition sangsue Benno BokkYakaar. 

Ces fonds politiques ont aussi pour finalité d'enrichir illicitement le chef de l'Etat, sa famille, son clan et tous ses obligés du moment qui ont vendu à un vil prix leur dignité et renié les valeurs traditionnelles de  la société sénégalaise. 

Tous ces fonds politiques doivent être supprimés illico presto pour la simple raison que tous ceux qui manipulent ces caisses noires sont nourris et entretenus gracieusement sur le dos du contribuable pour le peu de travail qu'ils effectuent pour le compte de la nation sénégalaise. De surcroît, ils demeurent de très grands paresseux qui ne font que d'exécuter les ordres de leurs maîtres occidentaux au détriment de la défense des intérêts intrinsèques du peuple. 

Ce président par défaut,  monsieur Macky Sall se permet toutes les turpitudes inimaginables en matière de gestion clientéliste du pouvoir  afin de heurter la conscience de nos compatriotes. Il n’a pas de limites dans ses provocations. Sa seule crainte est le réveil soudain de toutes les forces vives de la nation  pour le contraindre à la retenue et engager par voie de conséquence la mobilisation des citoyens en vue de mettre fin à sa politique irresponsable,  désastreuse, familiale du pays.

Nous disposons d’un moyen efficace : le sentiment de peur qui habite nos hommes politiques pour le faire partir du pouvoir en 2019 et qui est en même temps sa faiblesse. Face à cet homme lâche,  rancunier et revanchard, nous avons le devoir citoyen d’accentuer la pression sur son régime clanique, ethniciste afin de lui faire sentir la force et le pouvoir du peuple.

 

massambandiaye2012@gmail.com










 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Soigneur de Fous En Octobre, 2017 (11:14 AM) 0 FansN°:1
" Face à cet homme lâche, rancunier et revanchard..." ça y'est, le mot est lâché et malgré les contorsions sémantiques vous révélez par inattention que la sauvegarde des ressources publiques ne vous préoccupe guère. Votre seule et unique motivation est de faire "payer" au sens gangstérisme du terme celui qui a eu l'outrecuidance d'envoyer le Prince en prison, c'est à dire le revanchard, le rancunier.
Vous faites semblant d'ignorer que le Président de la République dispose de fonds politiques qu'il peut utiliser à sa guise sans avoir à en justifier la destination et cela de la façon la plus légale qu'il soit (permettez à ce stade de la discussion de différer le débat sur le bien fondé de cette caisse noire). Ces fonds servent à assister les partenaires politiques, certaines institutions de la républiques devant l'insuffisance de leurs frais de représentation, les familles religieuses et de façon incontestable la clientèle politique. C'est comme cela que cela fonctionne depuis SENGHOR,sous DIOUF, WADE et sous Macky SALL. Alors ne profitons pas des déclarations de Mamadou NDOYE pour régler des comptes. Les majorités présidentielles ont toujours été entretenues par ces fonds sous forme de "subventions non remboursables" aux formations politiques de la coalition et/ou d'enveloppes aux responsables de ces partis. Ce système ne disparaîtra que le jour où on exigera des partis politiques qu'ils "concourent à l'expression du suffrage" en tant...

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 138159 fois 119 Articles 1299 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
A MONSIEUR MOUSTAPHA NIASSE : UN HOMME DU PASSE.
LETTRE OUVERTE AU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL, MONSIEUR SERIGNE BASSIROU GUEYE.
A PROPOS D\'UNE INDIGNATION SELECTIVE.
LE NDIGUEL POLITIQUE : UNE QUESTION D\'ETHIQUE ?
A PROPOS D\'UNE LECTURE BIAISÉE DU MARABOUT SERIGNE BASS ABDOU KHADRE SUR LA SITUATION DU PAYS.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.