Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A PROPOS DES AVEUX GRAVES DE MONSIEUR OUMAR GUEYE.

Posté par: Massamba ndiaye | Lundi 29 mai, 2017 21:05  | Consulté 304 fois  |  0 Réactions  |   

A propos des aveux graves de monsieur Oumar Guèye.

 

L’explosion de la chaudière de l’usine Copelit  Afrique, spécialisée dans le secteur de la transformation de poissons et située à Malicounda dans la région de Thiès a provoqué la mort d’une personne et des blessés dans un état jugé grave. Ce drame montre toujours à suffisance l’incurie voire une irresponsabilité manifeste de nos autorités publiques.

La réaction du ministre Oumar Guèye relève une déconcertante légèreté dans son appréciation du drame. Les services du ministère de la pêche ont commis une certaine imprudence dans la gestion de ce dossier. Il est révoltant et insupportable pour les citoyens sénégalais d’entendre du ministre Oumar Guèye que l’usine Copelit Afrique exerçait dans l’illégalité.

Dites nous monsieur le ministre Oumar Guèye pourquoi vos services ont laissé pendant tout ce temps les responsables de cette usine de transformation de poissons mener leurs activités en violation des lois et règlements de la République ?

Dites nous monsieur le ministre Oumar Guèye, qui protège les responsables de l’usine Copelit Afrique  pour qu’ils se permettent de défier l’autorité de vos services ?

Les autorités de la République doivent sévir contre les industriels et leurs protégés au cœur du pouvoir qui en connaissance de cause menacent la sécurité des pauvres sénégalais dans le but de maximiser leurs profits.

Si ce drame à tout point de vue regrettable ne s’était pas produit, les responsables de l’usine Copelit Afrique allaient continuer leurs activités commerciales en violation de la loi.

Nous ne pouvons pas comprendre que la notification du directeur des services de transformation de fermeture  de l’usine Copelit Afrique pour motifs d’exploitation illégale  Afrique n’a pas été matérialisée par les services de la police en mettant des scellés et en évacuant illico presto le personnel. Vos services ont commis une faute d’appréciation très grave et qui entraîne par voie de conséquence votre responsabilité.

Le simple fait de souligner que la visite du directeur des services de transformation intervenue un jour férié ne vous dédouane point de votre responsabilité.

Dites nous monsieur le ministre Oumar Guèye depuis quand les fonctionnaires de l’Etat ont ce sens élevé des responsabilités pour procéder à des inspections un jour férié ? Si tel est le cas, ce fonctionnaire mérite amplement les honneurs et la reconnaissance de la République.

Toutefois, il est facile de déceler un hiatus dans votre argumentation. Dites nous monsieur le ministre Oumar Guèye comment ça se fait que ledit fonctionnaire a eu accès à l’usine alors qu’elle était censée fermée pour motif de jour férié ? Au passage, les citoyens sénégalais ne sont ni des étourdis ni des écervelés pour accepter facilement votre justification du drame sans un réel examen des mesures coercitives que l’autorité publique avait le devoir de prendre avant la survenance du drame.

Dites nous monsieur le ministre Oumar Guèye pendant tout le temps que l’usine Copelit Afrique exerçait ses activités, les services du ministère des finances ne percevaient ils pas de la dite société des taxes et des impôts résultat de l’exercice d’une activité industrielle et commerciale ?

Dites nous monsieur le ministre Oumar Guèye au-delà du drame, pourquoi vos services et le gouvernement du Sénégal ont minimisé les dangers majeurs de l’exploitation non conforme aux lois et à la sécurité de la population en laissant les responsables de l’usine Copelit Afrique continuer allègrement leurs activités professionnelles ?

Dites nous monsieur le ministre Oumar Guèye qu’en est il des droits des travailleurs de l’usine Copelit Afrique ? Est-ce que les responsables de ladite société se sont acquittés de tous les droits des travailleurs au niveau des services de prestation sociale ?

Il est surprenant que le procureur de la République n’ouvre pas sur le moment une information judiciaire afin de diligenter l’affaire et de situer les responsabilités de part et d’autre avec équité et respect pour la famille de la victime et de celles des blessés. Le procureur de la République a le devoir de mettre la lumière sur l’opacité qui règne en maître dans cette affaire.

Dans un Etat de droit responsable et soucieux du respect des valeurs de la République, ce drame devrait entraîner de facto la démission du gouvernement pour manquement grave de faire respecter les lois et règlements du pays ayant entraîné la mort d’un citoyen sénégalais  ou à tout le moins le renvoi  du ministre de la pêche Oumar Guèye le temps que l’action judiciaire produise ses résultats. Cependant, il faut désespérer d’attendre que le président prenne ses responsabilités en vue de sanctionner des ministres et des fonctionnaires militants de l’APR et de la coalition Benno Bokk Yakaar ayant commis des fautes graves dans l’exercice de leurs fonctions. Le chef de l’Etat Macky Sall est tellement obnubilé par le pouvoir qu’il en arrive à oublier voire minimiser en toute conscience  les lourdes charges présidentielles qui pèsent sur ses épaules. Qui disait que le pouvoir rend fou et absolument fou pour les hommes politiques incompétents et de nature  faible et peu courageux.

J’ose espérer naïvement que la justice se saisisse de cette affaire pour démontrer la faute de l’autorité publique et de sanctionner également les dirigeants de la société Copelit Afrique qui ont souverainement décidé de passer outre la décision du directeur des services de transformation.

Il appartient aux familles des victimes de se constituer partie civile en attaquant à la fois l’Etat du Sénégal pour défaut de prévoyance et de protection de citoyens sénégalais dans l’exercice de leurs fonctions et les responsables de la société Copelit Afrique pour mise en danger de la vie d’autrui ayant entraîné la mort d’une personne et occasionné des blessés graves.

Ce énième drame témoigne de manière manifeste et sans équivoque l’irresponsabilité et la lâcheté  de nos autorités publiques de ne pas sévir de façon exemplaire les auteurs de délits et de crimes qui menacent inexorablement la sécurité des citoyens et des biens  afin de mettre fin au sentiment bien réel d’injustice sociale toléré et in fine accepté par le président par défaut de la République son Excellence monsieur Macky Sall.

Il appartient aux citoyens sénégalais de dénoncer et de combattre dans le respect de nos valeurs de justice et d’égalité le régime du président Macky Sall qui ne cesse d’étaler au grand jour ses limites et son incompétence notoire.

Ce combat est l’affaire de tous les vrais patriotes qui se soucient du devenir de notre société, fortement enracinée dans des valeurs de progrès et de justice sociale.

Nous n’avons pas le droit de laisser le président Macky Sall et son régime  détruire les fondements de la République et l’héritage de nos illustres prédécesseurs.

Le respect des lois et règlements de la République doit être l’affaire de tout le peuple sénégalais. Il requiert de la part de nos autorités publiques du courage, du sens de l’honneur et de la responsabilité en toutes circonstances dans la défense et la sauvegarde des droits légitimes des citoyens sénégalais et de l’intérêt général. Cet engagement doit être le moteur de l’action politique et du projet socio-économique de nos gouvernants.

 

massambandiaye2012@gmail.com  

 

 

 

 

 

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 129251 fois 116 Articles 1287 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
LE NDIGUEL POLITIQUE : UNE QUESTION D\'ETHIQUE ?
A PROPOS D\'UNE LECTURE BIAISÉE DU MARABOUT SERIGNE BASS ABDOU KHADRE SUR LA SITUATION DU PAYS.
A PROPOS DES FACTURES D\'ELECTRICITE IMPAYEES DE LA COMMUNE DE TOUBA.
LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DE LA COMMISSION AD HOC DE L\'ASSEMBLEE NATIONALE.
QUESTIONS DE MORALE POLITIQUE.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.