Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A PROPOS DE LA VISITE DU PRESIDENT MACKY SALL A BRUXELLES : UNE REMISE EN QUESTION DES LIBERTES PUBLIQUES AU SENEGAL.

Posté par: Massamba ndiaye | Mercredi 14 juin, 2017 21:06  | Consulté 125 fois  |  0 Réactions  |   

A propos de la visite du président Macky Sall à Bruxelles : une remise en question des libertés publiques au Sénégal.

 

Le jeudi 08 juin 2017 est une date majeure à retenir dans l’histoire politique du Sénégal. Un événement à tout point de vue tragique et regrettable s’est produit à Bruxelles lors de la rencontre entre le président Macky Sall et la diaspora sénégalaise de Belgique.

Avant la cérémonie, le chef de la sécurité du chef de l’Etat muni d’une liste   commence à traquer les responsables politiques de l’opposition pour les évacuer de la grande salle du Thé Hôtel Brussels. Ce personnage grotesque et imbu de la personne du chef de l’Etat a outrepassé ses prérogatives dans le dessein d’humilier des citoyens sénégalais venus assister à la présentation du Plan Sénégal Émergent.

Dites nous monsieur le président de la République, son Excellence Macky Sall,  de quoi avez-vous peur pour cautionner ce genre d’attitude voire ce comportement désinvolte, qui laisse pantois les patriotes soucieux du respect et de la protection des libertés publique ?

Dites encore monsieur Macky Sall depuis quand au Sénégal les autorités de la République se permettent  d’interdire l’accès d’un citoyen  à une rencontre d’échange entre le chef de l’Etat et la communauté sénégalaise établie à l’étranger ? Ce moment de dialogue devrait être ouvert à tous les citoyens sénégalais indépendamment de leur appartenance politique.

Pensez vous une seule fois  en agissant de cette façon dictatoriale, les citoyens sénégalais vont se plier à vos exigences mesquines au point d’oublier l’essentiel, le combat pour le respect des libertés fondamentales notamment le droit d’exprimer son opinion ?

Vous ne supportez pas la critique et à travers une campagne électorale déguisée qui enfreint les règles du code électoral, vous cherchez par ci et là des énergumènes qui vous applaudissent à chacune  de vos sorties publiques.

Les responsables politiques de l’opposition que votre administration a délibérément choisis d’exfiltrer de la salle de l’hôtel, sont des citoyens sénégalais qui ont aussi leurs mots à dire sur la marche du pays, même si cela vous déplaît profondément. Nous n’avons rien à faire de vos états d’âme.                                             

Vous avez le devoir moral et républicain d’écouter les citoyens sénégalais qui ne sont pas de la mouvance présidentielle.

Vous devez sortir de votre bulle et avoir plus de considération et de respect envers les citoyens sénégalais qui ne sont pas de votre camp. L’adversité politique ne doit en aucune manière vous pousser à adopter une attitude condescendante vis-à-vis de vos concitoyens.

Dites nous encore pourquoi cette mesure à la fois injuste et discriminatoire réservée à seulement quelques compatriotes et qui plus est par un excès de zèle inouï, le responsable chargé de votre sécurité fait appel à  la police belge afin d’interdire l’accès à la salle à des opposants politiques sénégalais alors qu’il n’y avait ni tension et ni danger palpables?

Le chef de la sécurité du président Macky Sall a eu le culot de sortir de sa bouche cette phrase lâche et irresponsable en direction des responsables de l’opposition sénégalaise à l’instar de monsieur Pape Mbodji , le coordinateur du PDS au Benelux  : « Pour la sécurité du président, vous devez évacuer la salle ». De quelle sécurité parlez vous  monsieur ? Pensez vous sincèrement une seule fois que les responsables de l’opposition sénégalaise établis à l’étranger vont s’en prendre au chef de l’Etat ?  Les citoyens sénégalais ne sont pas irresponsables au point de s’attaquer à la sécurité personnelle du président Macky Sall.

Dites nous plutôt que vous souhaitiez que toute l'assistance soit de la majorité Benno Bokk Yakaar et qu’aucune voix discordante ne trouble la tranquillité du chef de l’Etat.

Vous devez impérativement arrêter d’intimider et de harceler les citoyens sénégalais qui ne sont pas de la mouvance présidentielle et qui combattent ouvertement la politique du gouvernement de monsieur Macky Sall.

Il est certes regrettable que les médias sénégalais ou leurs correspondants à Bruxelles n’ont pas jugé nécessaire de porter cette information capitale auprès du peuple afin qu’il sache les dangers réels qui menacent l’exercice efficient des libertés publiques.

Nous n’avons pas le devoir de céder à une certaine peur que les autorités de la République en commençant par le président Macky Sall veulent installer de façon insidieuse dans la société dans le dessein de combattre la liberté d’expression des citoyens sénégalais.

C’est une  peine perdue monsieur le président de la République Macky Sall ! Les citoyens sénégalais ne vous feront pas cette honneur de refuser d’exercer  avec responsabilité les libertés publiques établies et garanties par la Constitution.

De concert avec l’ensemble du corps social sénégalais, les militants des droits de l’homme doivent mener ce combat afin de sensibiliser davantage les masses sur le contenu réel de leurs droits et de mettre en exergue l’éthique  républicaine de  faire respecter les droits inaliénables du peuple face à une volonté réelle du pouvoir de Macky Sall de bâillonner nos libertés publiques.

Haro à la dictature rampante du chef de l’Etat Macky Sall avec la complicité de la presse inféodée des cent.

 

massambandiaye2012@gmail.com  

 

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 76010 fois 76 Articles 1268 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
A PROPOS DE LA MAUVAISE FOI DE MONSIEUR SOULEYMANE NDENE NDIAYE.
DROIT DE REPONSE AU JOURNALISTE MAMADOU THIERNO TALLA.