Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A PROPOS DE LA MAUVAISE FOI DE MONSIEUR SOULEYMANE NDENE NDIAYE.

Posté par: Massamba ndiaye | Samedi 29 avril, 2017 06:04  | Consulté 4092 fois  |  4 Réactions  |   

A propos de la mauvaise foi de monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye.

Malgré de multiples dénégations, l’ancien premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a fini par poser ses valises dans les prairies marrons de l’APR. Notre homme fustigeait les responsables libéraux qui ont tourné le dos au parti démocratique sénégalais ( PDS ) et les considérait avec raison comme des traîtres. Beaucoup d’anciens ministres du président maître Abdoulaye Wade ont rompu avec le parti afin de continuer à bénéficier des avantages et des privilèges du pouvoir.

La transhumance politique est un cancer qui gangrène le corps social. Elle doit être combattue avec vigueur. Elle jette l’opprobre  sur le jeu politique et constitue une menace réelle sur l’exercice des libertés publiques. Tous les acteurs de la vie politique doivent dénoncer cette volonté sournoise  des autorités de la République de faire appel à des responsables des partis de l’opposition en vue de massifier la mouvance présidentielle pour des raisons fallacieuses d’unité nationale et de patriotisme. La transhumance rompt l’équilibre du jeu démocratique et prive les partis de l’opposition de leurs cadres pour mener le combat des idées en vue de poser les jalons d’une alternance politique.

Le président Macky Sall est le nouveau  chantre de la transhumance politique. En vue de démanteler l’opposition sénégalaise, il titille l’esprit patriotique des sénégalais pour une unité nationale imaginaire dont lui seul à le secret. Ainsi, des responsables du régime de maître Abdoulaye Wade à l’instar de l’ancien premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye  s’engouffrent dans cette brèche afin de répondre à l’appel partisan du président Macky Sall.

Souleymane Ndéné Ndiaye feint d’oublier sa position sur cette catégorie abjecte de transhumants politiques. Il faisait partie des rares politiciens qui abhorrent la transhumance et dénoncent son caractère perfide et déloyal. Il a été très critique et virulent envers les autres responsables libéraux, qui après la perte du pouvoir, ont tout fait pour rejoindre très vite la mouvance présidentielle afin de ne pas perdre leurs privilèges indus sur le dos du contribuable sénégalais.

En quittant le parti démocratique sénégalais, l’ancien premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye se démarquait des personnalités politiques qui créent des mouvements pour affûter leurs armes en vue de se vendre les pieds et les mains liés au plus offrant. Depuis des mois, il était devenu aphone sur les questions socio-économiques majeures du pays et continuait à jouir de tous les avantages et privilèges amassés en tant qu’ancien premier ministre de maître Abdoulaye Wade.

Notre homme ne s’était plus mêlé des combats pour l’expression des libertés publiques et s’abstenait certainement par pur calcul politique de fustiger les dérives autoritaires du président Macky Sall en vue de faciliter leurs retrouvailles. Notre homme a décidé finalement de sortir de sa torpeur pour annoncer dans sa page Facebook qu’il avait décidé par patriotisme et par amitié de rejoindre la mouvance présidentielle. Honte à vous monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye. Que faites vous de vos déclarations sur la transhumance politique et sur votre fierté d’homme responsable et loyal ? Que vous veniez maintenant justifier votre adhésion au président Macky Sall en mettant en exergue votre patriotisme et votre amitié, relève de la bassesse, du clientélisme et du déshonneur.

Dites nous monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye, où étiez vous lorsque votre mentor d’aujourd’hui son Excellence le président par défaut Macky Sall privilégie les intérêts supérieurs de l’ancienne puissance coloniale la France au détriment de l’intérêt général du pays en signant des contrats léonins ( TER,  la concession du port autonome de Dakar au groupe Bolloré, etc…) ?

Dites nous encore monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye, où en étiez vous avec  le patriotisme que lorsque les autorités de la République ont par cupidité et faiblesse laissé des firmes internationales comme Timis faire main basse sur l’exploitation de nos ressources pétrolières avec la complicité des frères Macky et Aliou Sall ?

Quelle est cette façon de faire de la politique en évoquant des liens d’amitié alors que les droits d’un nombre important de sénégalais sont bafoués voire remis en question quotidiennement par les autorités de la République et que les intérêts légitimes des populations ne sont pas suffisamment protégés ? Vous vous levez un beau matin pour parler de patriotisme tandis que vous ne savez pas ce que veut dire et évoquer réellement le patriotisme.

Être patriote est le fait de défendre les intérêts intrinsèques du peuple contre tant de ses ennemis internes tapis à l’ombre en vue de préserver les avantages et privilèges indus de certains milieux politico-affairistes voire maraboutiques que de ses ennemis et fossoyeurs de l’extérieur de notre économie nationale. Vous n’êtes pas assez courageux de rejoindre le camp présidentiel sans vous trouver des justificatifs bidons et lâches à tous points de vue.

Le peuple que vous pensiez à tort inculte et manipulable à volonté, sait pertinemment parmi les responsables politiques ceux qui peuvent et veulent défendre les intérêts supérieurs de la nation. Servez à vos nouveaux alliés ce discours teinté d’opportunisme et non les gens du peuple. Les sénégalais savent dans leur grande majorité que vous n’êtes animé que par une volonté de profiteur pour bénéficier des largesses du président Macky Sall  voire de vous faire élire député de Benno Bokk Yakaar.  Vous savez parfaitement que seul avec votre parti Union nationale pour le peuple ( UNP ), vous n’avez même  pas les moyens de gagner un seul siège de député dans votre circonscription électorale. Vous savez comme nous autres que votre survie en politique passe inéluctablement par votre adhésion à la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar. Vous avez toujours été un piètre mobilisateur en politique même du temps fort du régime libéral de maître Abdoulaye Wade.

Ce dernier a fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui un responsable en vous nommant premier ministre contre toute attente. Vous n’aviez ni la compétence ni le savoir faire pour occuper ses importantes attributions au sein de la République comme votre mentor d’aujourd’hui le président Macky Sall. Vous devriez être le dernier à quitter le PDS au moment où les autorités de la République instrumentalisaient à dessein le pouvoir judiciaire en vue de le détruire et permettre au président Macky Sall de récupérer ses responsables.

Maître Abdoulaye Wade a commis l’irréparable en nommant à des postes de responsabilité des hommes et des femmes qui ont pour seule viatique : la trahison comme arme politique.

Le peuple sénégalais sait reconnaître pertinemment ses vaillants défenseurs. Vous n’êtes pas mieux que les responsables du PDS que vous traitiez naguère de traîtres. Ils ont migré vers les prairies marrons de l’APR en catimini en nous préservant de déclarations ignobles et irresponsables. Vous méritez la potence avec ignominie.

En homme averti et conscient, vous nous avez administré avec talent l’art de la traîtrise en politique. Vous êtes un anti modèle de vertu républicaine et de patriotisme.

Bon débarras monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye. Le Sénégal peut bien se passer de vos services. Vous n’êtes pas une référence pour le peuple sénégalais.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (4)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme cheikh gueye En Mai, 2017 (14:35 PM) 0 FansN°:1
Effectivement, honte a toi(m)onsieur jule, nous savons tous que vos critiques hypocrites de l'époque n'étaient motivées que pour être a la tête du PDS......
Heureusement que votre complot avec votre soit disant(a)mi pour neutraliser l'opposition est un échec total.Si tous les deux, vous pensez toujours que vos concitoyens sont a votre disposition vous verrez.
A bon entendeur
Anonyme En Mai, 2017 (14:38 PM) 0 FansN°:2
Comme il l'avait si bien demandé ....... Au poteau....! En joue...! Feu..... PAn
Anonyme En Mai, 2017 (09:21 AM) 0 FansN°:3
L'apologie de la transhumance
La transhumance stricto sensu est l'acte par lequel un homme politique quitte un parti politique pour rejoindre un autre. Phenomene très répandu au Sénégal ,elle est souvent vue péjorativement surtout par l'opposition qui se sent affaiblie par cette correction politique infligée par le pouvoir.
Interrogé dans l'émission Faram Facce de Pape Ngagne ndiaye ,l'ancien premier ministre Souleymane Ndene Ndiaye a réussi à recentrer le débat en donnant une définition correcte pour éviter une definition extensive qui mettrait tous les hommes politiques Sénégalais à transhumer ne serait -ce qu'une fois .
En effet, si transhumer est dénudé de son aspect organique ,c'est à dire le lien de rattachement d'un homme politique à une formation politique devrais -je dire ,tout les sénégalais sont des transhumants car autant les Sénégalais quitte l'opposition pour rejoindre le pouvoir ,autant des senegalais quittent le pouvoir pour rejoindre l'opposition .Ce qui me fait poser la question :Pourquoi il est permis à l'opposition de pêcher dans les eaux du pouvoir et qu'il ne soit pas permis au pouvoir de se renforcer en puisant dans l'opposition?
Au Sénégal le Système politique tel qu'il est établi ne favorise pas l'attachement des militants a une idéologie ou doctrine pour défendre des valeurs économiques ou sociales telles :le libéralisme ,le socialisme ,le marxisme,centrisme ,gauche ou droite parce que tout simplement cette...
Gaye oumar En Mai, 2017 (17:20 PM) 0 FansN°:4
Désolation toujours désolation pour les politiciens sénégalais qui ne cesse de trahir leur peuple moi je q'il ne faut chercher loin quitter de l'opposition pour aller vers le parti au pouvoir ne peut s'appeler que transhumance si on reprend le sens éthimologique du mot parlant, il sagi de quitter le tapis herbasse assécher vers le tapi vert,comme font nos billant éleveurs pour trouver du pâturage a leurs bétail de se point de vue donc sans exception tout les politichiens qui d'un moment ou l'autre ont ut a se comporter de la sorte sont tous des transhumant de classe exceptionnel et a dire dans un pays comme le notre malheureusement c'est le constat mais bref je demande au sénégalais imbus d'étique de morale de ne pas se découragée car le bon dieu est le seule juge et il nous dis dans le coran dans la sourate le tonnerre et AL-RHAD en ceci:je ne changerais jamais ce qu'il dans une nation tant que ceci ne l'on pas changer eux mêmes et il dit combattez les, je les punirez par vos mains.et voila une opportunité qui s'offre a nous (les Elections législatives )c pourquoi nous demandons a certains sénégalais digne comme je le pense de par leurs action de se mobiliser comme seul homme dans un cadre homogène sans embage ,ni intérêt,d'aller rejoindre MANKOO WATTOU SENEGAL, JE parler de ceci et je cite:
01- MONSIEUR OUMANE SONKO
02- MADAME NAFI NGOM KEITA
03- MONSIEUR CHEIKHNA KEITA COMMISSAIRE POLICE
04- MOUTH BANN
05- BOCAR SADIKH KANE POUR LE COMPTE DE...

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 106177 fois 100 Articles 1275 Commentaires 8 Abonnés

Posts recents
DE LA RETENUE, MONSIEUR MACKY SALL, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.
L\'AFFAIRE AMY COLLE DIENG OU LA MANIFESTATION D\'UNE CERTAINE HYPOCRISIE SÉNÉGALAISE.
LA REPUBLIQUE DECULOTTEE DANS LA CITE DE TOUBA.
LA PAGAILLE ELECTORALE DES AUTORITES DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL.
QUESTIONS PRATIQUES SUR LE VOTE AU SENEGAL. 6 C\'EST QUOI UN DEPUTE DU PEUPLE ?
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.