Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A PROPOS DE L'ENTREE EN SCENE DE MONSIEUR YOUSSOU NDOUR DANS LA CAMPAGNE ELECTORALE.

Posté par: Massamba ndiaye | Samedi 15 juillet, 2017 22:07  | Consulté 576 fois  |  0 Réactions  |   

A propos de l’entrée en scène de monsieur Youssou Ndour dans la campagne électorale.

 

Monsieur Youssou Ndour n’est pas candidat aux élections législatives du 30 juillet 2017 et pourtant depuis son retour de tournée musicale, il s’active pleinement en vue de battre campagne en faveur de la coalition Benno Bokk Yakaar. Pourquoi cette mise en scène du chanteur en vue de s’imposer à travers une caravane musicale comme le porte drapeau de la mouvance présidentielle ?

Monsieur Youssou Ndour n’est pas dans son rôle. Même si le chanteur accompagne et soutient le président Macky Sall, nous sommes d’avis qu’il veut occuper le terrain pour détourner l’enjeu réel de ces élections. Il ne s’agit nullement dans le cadre de ces consultations électorales de choisir un nouveau président  voire de défendre la politique mise en œuvre par le président Macky Sall. L’enjeu réel de ces élections porte sur le choix des représentants du peuple à l’Assemblée nationale.

Occuper le terrain avec ses organes de propagande en faveur de la coalition Benno Bokk Yakaar  constitue une rupture dans le traitement équitable  de l’information et une violation manifeste des droits de l’opposition. Dans le cadre de ces élections, monsieur Youssou Ndour ,par ailleurs président du groupe Futurs Médias n’a pas le droit d’utiliser son organe de presse pour battre campagne. La loi reste la même pour tous les citoyens.

En sa qualité de dirigeant d’un organe de presse et membre de la coalition présidentielle, il a le devoir moral de ne pas s’immiscer dans la campagne. L’égalité de traitement entre les différentes coalitions doit être de mise et respectée par tous les acteurs. Les journalistes du groupe Futurs Médias ne doivent en aucune manière  cautionner l’activisme de monsieur Youssou Ndour.

Le CNRA dans le cadre de sa mission de régulation et de contrôle du paysage audiovisuel sénégalais doit exiger le respect de la loi par tous les acteurs. Cette règle ne s’applique pas seulement à la RTS pour la couverture de la campagne électorale. Les autres chaînes privées ne doivent pas violer la loi et ont l’obligation de respecter le traitement impartial de la campagne électorale.

Monsieur Youssou Ndour doit savoir raison garder et arrêter de jouer avec les citoyens sénégalais. S’activer par pur opportunisme en vue d’amuser la galerie en parcourant les quartiers populaires pour les beaux yeux de notre président par défaut n’est la vraie solution  pour résoudre les maux de la société.

Si, vous êtes tant animé par le souci de répondre et d’apporter des solutions aux préoccupations récurrentes du peuple, vous devez figurer sur la liste de Benno Bokk Yakaar. Le choix serait plus clair et il n’y aurait aucune ambiguïté dans votre démarche.

A défaut de ce choix responsable de solliciter le suffrage des citoyens sénégalais, nous pensons que vous voulez par dessus tout manipuler l’opinion publique sur la vision du président Macky Sall  et in fine apporter un éventuel soutien à la coalition Benno Bokk Yakaar dans les quartiers populaires de Dakar.

Monsieur Youssou Ndour doit absolument cesser d’entretenir ce mélange des genres inacceptable et contraire à l’éthique.

C’est pourquoi, il est indispensable de revoir et d’encadrer le mode de désignation des conseillers du chef de l’Etat. La République a le devoir de combattre et de refuser le conflit d’intérêt au sein de ses institutions. On ne peut pas utiliser son statut de patron de presse et/ou de président de société en vue d’exercer une pression intenable sur des autorités de la République frileuses et irresponsables  afin de  bénéficier de privilèges ou des avantages indus.

Ce renvoi d’ascenseur entre le président de la République et ses nombreux conseillers politico-affairistes doit absolument cesser, car il se fait toujours sur le dos du contribuable sénégalais. Au plus, il sape les fondements de la  République et favorise le déséquilibre de nos  institutions. Tant que cette situation perdure dans l’organisation et le fonctionnement de nos institutions, nous sommes en droit de douter de votre bonne foi et de votre engagement sincère en vue du bien être de l’ensemble du corps social sénégalais.

Les citoyens sénégalais ont le devoir d’être plus vigilants quant à l’enjeu de ces consultations électorales et doivent surtout éviter d’être menés en bateau par des marchands d’illusion qui ne sont intéressés que par la recherche du profit et des avantages.

Balancer des mélodies sur un rythme endiablé en vue de mystifier les masses ne peut en aucune façon servir de caution pour orienter voire influencer le vote des populations désœuvrées de la banlieue.

Voter pour n’importe quelle coalition politique doit être un acte réfléchi et citoyen. Au plus, c’est le choix même de notre modèle de représentation au sein de nos institutions républicaines qui pose un sérieux problème à notre vie démocratique.

 

massambandiaye2012@gmail.com

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 129244 fois 116 Articles 1287 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
LE NDIGUEL POLITIQUE : UNE QUESTION D\'ETHIQUE ?
A PROPOS D\'UNE LECTURE BIAISÉE DU MARABOUT SERIGNE BASS ABDOU KHADRE SUR LA SITUATION DU PAYS.
A PROPOS DES FACTURES D\'ELECTRICITE IMPAYEES DE LA COMMUNE DE TOUBA.
LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DE LA COMMISSION AD HOC DE L\'ASSEMBLEE NATIONALE.
QUESTIONS DE MORALE POLITIQUE.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.