Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A PROPOS DE L'AFFAIRE CHEIKH MBACKE SAKHO : L'INFEODATION DE LA JUSTICE SENEGALAISE.

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 04 novembre, 2016 15:11  | Consulté 327 fois  |  0 Réactions  |   

A propos de l’affaire Cheikh Mbacké Sakho : L’inféodation de la justice sénégalaise.

 

La justice sénégalaise vient encore de prouver son incapacité à faire face au diktat du pouvoir exécutif et à prendre son indépendance, gage d’une société démocratique dans laquelle tous les citoyens sont égaux devant la loi et que nul d’entre eux ne saurait se faire prévaloir d’une quelconque supériorité de naissance ou de statut pour influencer voire orienter une décision juridique. L’affaire Cheikh Mbacke Sakho est une honte pour tous les acteurs de la justice. On peut comprendre et non l'accepter la position du parquet qui ne fait que suivre les injonctions du pouvoir exécutif. Cependant, je ressens une très grande frustration de constater que les magistrats du siège  ne se soient fondés sur aucune disposition du code pénal sénégalais et du droit positif de manière générale  pour prononcer la condamnation de monsieur Cheikh Mbacke Sakho.

A travers ce procès injuste et dénudé de base légale, le pouvoir judiciaire instrumentalisé par notre apprenti dictateur son excellence Macky Sall veut terroriser les citoyens sénégalais et mettre en veilleuse leur liberté d'expression. Le président fait preuve d’irresponsabilité en instrumentalisant le jugement de Cheikh Mbacke Sakho. Le président Macky Sall  veut prouver aux autorités mourides sa solidarité et sa disponibilité à procéder à l’arrestation de tout sénégalais, qui de par ses actes ou opinion tenterait de jeter le discrédit sur le fonctionnement des ordres maraboutiques. Le porte parole du khalif général des mourides, Serigne Bass Abdou Khadre vient de nous livrer la preuve de l’immixtion et la connivence  du chef de l’État dans les affaires des confréries maraboutiques. C’est Macky Sall en personne qui a ordonné la censure de l’hebdomadaire  Jeune Afrique sur l’affaire des caricatures de Cheikh Ahmadou Bamba. Il a appelé en personne le porte parole du khalif pour lui témoigner son soutien et son attachement à la sacralité de la personne  du fondateur du mouridisme.

Pourtant, c’est la même personne au début  de son magistère et sûr de son aura a osé traiter les marabouts de simples citoyens et qui a enfoncé le clou en déclarant que les chapelets ne développent pas le pays ( où à tout le moins les seules poches des bénéficiaires des adiya ou aumône, c’est moi qui souligne pour mettre en lumière la pensée réelle non assumée  du président sur les marabouts). Le président tient un double discours en fonction des circonstances et des acteurs qui sont en jeu. En effet concernant les caricatures du prophète Mohamed (PSL) commises par le journal Charlie Hebdo, Macky Sall s'est montré solidaire avec le peuple français en manifestant dans les rues de Paris en faveur de la liberté d'expression et contre le fanatisme religieux qui menace tous les esprits libres. Le président Macky Sall n’était nullement dans les dispositions de refuser à être  au côté de son mentor le président français François Hollande.

Le prophète Mohamed (PSL) a droit à plus de considération et de révérence que n’importe quel guide religieux sénégalais. Serigne Touba s’est toujours honoré d’être un fidèle serviteur du prophète Mohamed (PSL) d'où son surnom qui est passé à la postérité Cheikhoul Khadim. Vouloir défendre le Cheikh contre ses éventuels pourfendeurs et être solidaire des blasphémateurs du prophète Mohamed (PSL) relève de la lâcheté, d’un manque de courage notoire et de l'irresponsabilité. Le ministre de l’intérieur Abdoulaye Daouda Diallo s’est également illustré en suivant son mentor le président Macky Sall dans cette entreprise de diabolisation en proférant des menaces à peine voilées sur des citoyens qui veulent utiliser leur liberté d’expression dans le dessein de se prononcer sur les affaires du pays sans devoir subir les représailles de la justice.

Je constate et je déplore le silence coupable et lâche des défenseurs des droits de l’homme qui n’ont pas jugé utile d’apporter leur soutien à monsieur Cheikh Mbacké Sakho par peur des menaces et des représailles de certains talibés fanatiques mourides. Monsieur Cheikh Mbacke Sakho est un citoyen sénégalais comme nous tous. Il n’a  mis  aucun délit pouvant justifier en toute objectivité son interpellation et sa condamnation par la dame justice , qui demeure inféodée au pouvoir politico-maraboutique du Sénégal. Sa sécurité et son honneur n'ont pas été protégées par les autorités de la République . La seule victime dans cette machination maraboutique est Cheikh Mbacke Sakho. Il est doublement victime. Des malfrats se sont introduits chez lui sans son autorisation et l'ont menacé de mort s'il ne se dédit pas. Il y a manifestement dans cette affaire violation de domicile et menace de mort. Ces sinistres individus enturbannés ont défié l'autorité publique en toute impunité . Sûrs de leur forfait, ces individus ne se sont pas cachés pour menacer Cheikh Mbacke Sakho  à qui ils reprochent de tenir des propos irrévérencieux à l’encontre de  la communauté mouride. Ils ont même osé mettre leur crime dans les réseaux sociaux dans le dessein de faire peur aux autres citoyens qui seraient tenté de critiquer le mode de fonctionnement de leur confrérie  et voire de sa légitimité dans le dogme musulman. Ces talibés mourides ne se sont cachés pour exécuter leur sale besogne. Les forces de l’ordre sont en mesure de les identifier et de  remonter aux commanditaires afin de pouvoir tous les mettre à la disposition de la justice pour répondre de leurs actes criminels.

Ainsi va notre pays. Les puissants sont protégés par la justice et on ne se prive jamais d'appliquer avec vigueur la loi aux plus faibles. Les magistrats du siège n’ont pas voulu dire le droit pour ne fâcher le pouvoir politico-maraboutique du Sénégal. la seule verdicte juste et honorable pour la justice sénégalaise dans cette affaire est la relaxe pure et simple. Condamner monsieur Cheikh Mbacké Sakho à une peine de 6 mois de prison avec sursis est une ignominie et une menace serieuse et réelle pour les libertés publiques des sénégalais. A travers ce jugement sans précédent dans l'histoire politique du Sénégal, les autorités en connaissance de cause ont mis cet épée de damocles sur nos têtes afin de nous faire peur. Nous avons l'obligation citoyenne de faire face à cette dictature rampante qui menace notre existence. Tout citoyen a le droit de se prononcer sur le fonctionnement de n’importe quel ordre religieux sans que le pouvoir judiciaire n’intervienne pour l’en dissuader. Les citoyens sénégalais de tous bords doivent accepter avec humilité la critique parce que nous vivons en connaissance de cause dans une République  et non dans une monarchie voire une aristocratie.

Cheikh Mbacke Sakho a  jugé légitime en talibé mouride de s’interroger sur le devenir de l’enseignement de Cheikh Ahmadou Bamba. L’orientation de la doctrine mouride semble s'éloigner inexorablement de jour  en jour du legs de son fondateur. Cheikh Mbacke Sakho en observateur averti et connaissant les écrits de Cheikhoul Khadim a juste joué un rôle d'alerte pour les esprits subtils sur les dérives qui guettent et menacent la communauté mouride. Beaucoup de marabouts utilisent leur position  dans la hiérarchie de la confrérie mouride  afin de mieux exploiter et asservir les talibés. Ces dérives nous autres citoyens et disciples de Serigne Touba le constatons de manière récurrente et nous manquons de courage pour les dénoncer publiquement. Certains dignitaires mourides bafouent l'autorité du Khalife général en connaissance de cause et pervertissent l’enseignement véritable du fondateur dans le but de mieux mystifier et de dépouiller les fidèles de leurs forces physiques et financières.

 Cheikh Mbacke Sakho est loin d’être un agitateur dangereux que certains tentent de le présenter au peuple.serigne Bass Abdou Khadre soutient mordicus que les propos de Cheikh Mbacké Sakho sont plus dangereux que les caricatures du journaliste de JEUNE AFRIQUE. La hiérarchie mouride doit se réjouir d’avoir en son sein des disciples qui essaient avec leurs moyens de défendre l’héritage réel de Cheikh Ahmadou Bamba et non vouloir le faire passer pour un intrus instrumentalisé par les forces du mal afin de jeter le discrédit sur la confrérie. Il est étonnant de constater que la hiérarchie mouride se taise sur les agissements de Bethio Thioune alors que ce dernier foule au pied les enseignements de Serigne Touba depuis plusieurs années en crescendo. Il est facile de s'introduire chez monsieur Cheikh Mbacke Sakho pour le menacer de mort que d’aller attaquer Bethio Thioune et sa milice. Le comportement de la hiérarchie mouride dans l’affaire Cheikh Mbacke Sakho est à la fois suspect et  regrettable . On ne s'attaque pas aux faibles tout en laissant les « puissants » en l’instar de Bethio Thioune et de Serigne Modou kara travestir les enseignements de Serigne Touba.

On ne peut pas pointer du doigt Cheikh Mbacke Sakho pour son discours salutaire sur l'état actuel du mouridisme en mettant sa vie en danger et se taire de manière irresponsable sur le comportement de Bethio Thioune qui ne cesse de remettre en cause le dogme musulman sur l'unicité et l'omnipotence de Dieu. Bethio Thioune est une cellule cancérigène qui risque de détruire  à petit feu le mouridisme si les dirigeants ne prennent pas leur responsabilités devant le Créateur Allah et devant les véritables disciples de Cheikhoul Khadim de lui tenir un langage de vérité en public pour dénoncer ses idioties et ses blasphèmes  et non le recevoir pour le réconforter en lui réservant un accueil chaleureux qu'il ne mérite nullement.

La hiérarchie mouride a  le devoir religieux et moral de se séparer de cet allié du diable jusqu’à ce qu’il cesse ses agissements et se comporte avec humilité comme le commun des mortels de suivre et de respecter le dogme islamique et l’enseignement de Serigne Touba. Nous reviendrons inchaallah dans une prochaine contribution afin de montrer en toute objectivité comment les confréries religieuses du Sénégal se sont transformées pour l’essentiel en ordres aristocratiques.

 

massambandiaye2012@gmail.com

  

 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 129268 fois 116 Articles 1287 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
LE NDIGUEL POLITIQUE : UNE QUESTION D\'ETHIQUE ?
A PROPOS D\'UNE LECTURE BIAISÉE DU MARABOUT SERIGNE BASS ABDOU KHADRE SUR LA SITUATION DU PAYS.
A PROPOS DES FACTURES D\'ELECTRICITE IMPAYEES DE LA COMMUNE DE TOUBA.
LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DE LA COMMISSION AD HOC DE L\'ASSEMBLEE NATIONALE.
QUESTIONS DE MORALE POLITIQUE.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.