Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

A PROPOS D'UNE INDIGNATION SELECTIVE.

Posté par: Massamba ndiaye | Vendredi 24 novembre, 2017 15:11  | Consulté 580 fois  |  0 Réactions  |   

A propos d’une indignation sélective.

 

Dans la nuit du jeudi 23 Novembre 2017, des voyous se réclamant de la confrérie mouride ont ourdi un plan sordide en vue de corriger ou voire d’attenter à la vie de notre compatriote monsieur Assane Diouf pour irrévérence manifeste à l’encontre du marabout Serigne Bass Abdou Khadre, le porte parole du Khalife général des mourides.

Cet acte lâche et sauvage est d’une extrême gravité. La République ne s’accommode pas avec la violence gratuite. Il n’est pas permis dans un État de droit que les citoyens exercent librement une certaine justice féodale sans que les autorités publiques ne sévissent  contre des actes de saccage.

Les saillies incendiaires  de notre compatriote monsieur Assane Diouf peuvent choquer et vont au-delà même d’une simple provocation. Dans ses différentes vidéos sur la toile,  notre compatriote assène ses vérités crues et n’épargne même pas  les hautes autorités de la République, qui au demeurant continuent stoïquement de garder le silence des momies sur ce déferlement insoutenable d’insanités. Le mutisme des autorités de la République et les personnalités qui font l’objet d’attaques répétées et ciblées,  laisse penser que monsieur Assane Diouf n’est pas un problème d’ordre public et qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Et si le silence contenu des autorités de la République n’est- il pas  le prix à payer de son refoulement des États-Unis d’Amérique ?

Toutefois, quelle que soit la gravité des propos irrévérencieux de notre compatriote monsieur Assane Diouf sur  les uns et les autres, il est inadmissible que des talibés opèrent une vendetta publique. Les auteurs de saccage de sa maison familiale doivent être poursuivis et punis par la justice. Toute faiblesse coupable des autorités de la République constituera de fait une autorisation à ces fanatiques talibés mourides de s’en prendre allègrement à n’importe quel citoyen sénégalais qui osera point un doigt accusateur à l’élite maraboutique mouride.

Où étiez vous lorsque ce même Assane Diouf insultait à sa guise des citoyens sénégalais ? Certainement devant vos ordinateurs ou portables pour savourer ses saillies incendiaires tout en se réjouissant de son audace de s’attaquer à notre président par défaut, monsieur Macky Sall ?

Où étiez vous également lorsque ce faux dévot enturbanné monsieur Béthio Thioune remettait en cause l’unicité de Dieu et foulait au pied les enseignements de Cheikhoul Khadim ? Vous tremblez de peur de s’en prendre à lui à cause de sa milice privée de thiantacounes  et pourtant les propos de Béthio Thioune sont plus graves que la sortie de monsieur Assane Diouf sur le porte parole du Khalife général des mourides, Serigne Bass Abdou Khadre. Rien ne saurait justifier votre courroux et votre attaque perfide du domicile familial de monsieur Assane Diouf.

Dites nous encore, pour quelles raisons, il est interdit au Sénégal de s’interroger sur la richesse de tel ou tel marabout alors que vous ne cessez de militer en vue de la transparence voire de l’origine licite des avoirs exorbitants de nos politiciens professionnels ?

La question de notre compatriote monsieur Assane Diouf sur la fortune présumée du marabout Serigne Bass Abdou Khadre ne relève pas de l’incorrection ou du manque de respect. Il s’agit tout au plus de lever le voile sur la fortune de certains marabouts et de s’interroger en toute objectivité sur le comment de leur enrichissement. Par ailleurs, il est inadmissible qu’un marabout garde précieusement par devers lui une immense fortune alors que ses disciples vivent dans la précarité et le désœuvrement  total.

Par ailleurs, nous constatons avec regret que beaucoup de nos marabouts toutes obédiences confondues ne mènent plus une vie d’ascète. Ils ont pour l’essentiel une vie de pacha alors que beaucoup de nos compatriotes éprouvent la plus grande peine à mener une vie digne. Au-delà de la ppersonne du marabout Serigne Bass Abdou Khadre, il est légitime pour n’importe quel citoyen de s’interroger en toute quiétude sur le rôle des marabouts aujourd’hui dans la société sénégalaise,  sur leur pouvoir dans nos consciences individuelles et du trafic d’influence qu’ils exercent au cœur de la République en demandant des faveurs à nos autorités publiques pour un ou plusieurs de leurs talibés dans l’attribution des marchés publics ou à défaut en quémandant des passeports diplomatiques. Il faut savoir raison garder.

Nos familles maraboutiques ont le devoir de montrer le chemin de la vertu et non de rouler pour le président de la République, monsieur Macky Sall voire d’influencer le choix des électeurs en 2019. Si, toutefois  vous êtes dans l’incapacité de tenir un langage de vérité à nos autorités publiques, ayez au moins de la retenue voire de la décence de vous taire sur notre volonté de voir notre pays, le Sénégal changer d’orientation socio-économique.

Par ailleur , les insultes publiques de monsieur Assane Diouf sont de loin plus graves que son interpellation sur la fortune présumée du marabout Serigne Bass Abdou Khadre. Pourtant, personne ne vous a entendu condamner publiquement les insultes répétées de notre compatriote monsieur Assane Diouf  voire rappeler à l’endroit un disciple de Cheikhoul Khadim sur les exigences du bon comportement.

Il a fallu qu’il interpelle le marabout Serigne Bass Abdou Khadre sur sa fortune pour vous rappeler de ses insultes et de la nécessité d’en finir avec lui pour de bon. Mais hélas, vous n’avez pas montré la voie de la vertu et de la juste mesure.

Il revient de droit à l’Etat du Sénégal de sévir contre ces individus qui violent manifestement les lois de la République en procédant à des activités criminelles comme le saccage des biens des citoyens sénégalais en vue de défendre l’honorabilité de leurs marabouts comme s’il n’y avait pas de justice au pays de la Teranga. Le saccage de la maison familiale de monsieur Assane Diouf est un scandale de trop dans un État de droit.

Malgré les saillies incendiaires de monsieur Assane Diouf , l’Etat du Sénégal ne doit pas laisser ces actes de banditisme impunis. L’attentisme  de nos autorités publiques est intenable sur les cas de violence gratuite qui sévissent régulièrement dans la société. Le double meurtre sordide de Medinatoul Salam n'a pas encore été élucidée par la justice et Béthio Thioune continue de vaquer tranquillement à ses activités de collecte d’argent sur le dos des talibés. La justice sénégalaise se soucie peu du deuil et de la douleur de ces familles éplorées.

Il revient également de droit aux responsables de l’élite maraboutique mouride de tenir un langage de vérité à tous leurs disciples qui se seraient tentés de saccager les biens de citoyens sénégalais.  Le disciple mouride doit mener son action en ayant pour seule viatique très chère à l’enseignement de Cheikhoul Khadim : Al -khoulouq ou le bon comportement.

Toute autre attitude est superfétatoire et conduit irrémédiablement à un excès de zèle fort regrettable voire une défiance systématique de la puissance publique.

 

massambandiaye2012@gmail.com



 

 L'auteur  massamba ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
massamba ndiaye
Blog crée le 22/03/2016 Visité 138123 fois 119 Articles 1299 Commentaires 9 Abonnés

Posts recents
A MONSIEUR MOUSTAPHA NIASSE : UN HOMME DU PASSE.
LETTRE OUVERTE AU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL, MONSIEUR SERIGNE BASSIROU GUEYE.
A PROPOS D\'UNE INDIGNATION SELECTIVE.
LE NDIGUEL POLITIQUE : UNE QUESTION D\'ETHIQUE ?
A PROPOS D\'UNE LECTURE BIAISÉE DU MARABOUT SERIGNE BASS ABDOU KHADRE SUR LA SITUATION DU PAYS.
Commentaires recents
Les plus populaires
LE SILENCE COUPABLE DES MARABOUTS DU SENEGAL.
DIALOGUE POLITIQUE: UNE FOIRE DE DUPES?
LA PRISON DE REBEUSS : LA FAILLITE D\'UN SYSTEME DE REPRESSION
PAR-DELA LA CELEBRATION DU GRAND MAGAL DE TOUBA : UNE APOLOGIE DE LA DROITURE ET DU DEVOIR.
A PROPOS DE L\'ARTICLE 80 DU CODE PÉNAL SÉNÉGALAIS.